L'enseignement des princes à la cour de Versailles

Le jeu a toujours occupé une place très importante à la cour de Versailles. Les récréations mathématiques et physiques font leur apparition assez tardivement. Le genre se constitue dès le début du XVIIe siècle. Sans doute d'origine italienne, il mêle problèmes d'arithmétique, géométrie pratique et jeux de salon. Promues par les Jésuites dans leurs collèges, les récréations mathématiques s'intègrent rapidement à la culture aristocratique.

Image Contenu

La magie blanche dévoilée, ou Explication des Tours Surprennants
Exrait de l'ouvrage de Henri Decremps (1746-1826)
A Paris, Chez Langlois et chez l’auteur, 1784.

Après la publication des Récréations mathématiques et physiques de Jacques Ozanam en 1694, le genre annexe aussi la physique et inclut même quelques tours de saltimbanque.

Dans le sillage des démonstrations de physique expérimentale de l'abbé Jean-Antoine Nollet, les récréations font leur entrée à Versailles. Vers 1760, le physicien Nicolas-Philippe Ledru (1731-1807) vient divertir le duc de Bourgogne, alors très malade avec quelques tours de gibecière. Sous le nom de Comus, il présente à Paris des spectacles publics mêlant magie blanche et physique expérimentale. Ses « cadrans sympathiques », qui permettent d'entrer en communication à distance, fascinent et intriguent.

Les Nouvelles récréations physiques et mathématiques, publiées en 1769 et 1770, témoignent de cet engouement. Leur auteur, Edme-Gilles Guyot (1706-1786) est à la fois un employé des postes et un amateur de sciences. Dans son ouvrage, orné de planches coloriées, Guyot révèle de nombreux tours de physique amusante, y compris les fameux « cadrans sympathiques », mais aussi des énigmes mathématiques et des tours de carte. Il vend le matériel nécessaire pour monter des spectacles en société. Le succès est immédiat.

Devenue à la mode, la magie blanche fait du merveilleux une activité purement rationnelle. L'illusion est ici sans tromperie puisqu'il est entendu que chaque tour repose sur l'utilisation des mathématiques et de la physique. C'est pourquoi les récréations servent autant à instruire qu'à divertir. Leur succès ne se confond pas avec la charlatanerie qui cherche à exploiter la crédulité du grand monde.

Bruno Belhoste

En partenariat avec Château de Versailleschâteau de versailles

résidence officielle des rois de france, le château de versailles et ses jardins comptent parmi les plus illustres monuments du patrimoine mondial et constituent la plus complète réalisation de l'art français du XVIIe siècle.

Publié le - Mis à jour le 03-03-2016

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac