Le cynthiacetus, un cousin fossile des baleines et des orques

Monstres disparus

Chargement de la playlist en cours...

Qu’est-ce que le Cynthiacetus ?

Bonjour, je vais vous faire découvrir tous ces animaux disparus qui ont foulé notre terre ou peuplé nos océans, ainsi que les scientifiques qui les ont retrouvés et essaient de savoir à quoi ils ressemblaient et pourquoi ils ont disparu.

Nous allons découvrir un ancêtre des baleines et des orques, le Cynthiacetus. Vieux de 35 millions d’années et long de 9 mètres, il a peuplé toutes les mers du globe. Son squelette exceptionnel, présenté au muséum d’histoire naturelle à Paris, a été retrouvé par le paléontologue français, Christian de Muizon. Il est rare de retrouver un squelette entier dans un tel état de conservation. Sa mâchoire acérée, s’ouvrant sur près d’un mètre, faisait du Cynthiacetus un redoutable prédateur.

Christian a d’abord été intrigué par deux petites pattes qu’il a retrouvé à l’arrière du squelette. A quoi servaient-elles ?

Christian de Muizon, paléontologue, explique :

"Le Cynthiacetus avait des petites pattes arrières toutes petites qui paraissent un petit peu ridicules quand on voit la taille de l’animal. Et en fait c’est une sorte de réminiscence de l’histoire ancienne des cétacés. Les premiers cétacés étaient capables de marcher sur le sol. Et petit à petit, ces animaux sont devenus des animaux amphibies, capables à la fois de très bien nager mais aussi de marcher sur le sol. Et puis la troisième étape que l’on connaît : c’est l’étape Cynthiacetus qui était un animal où les membres postérieurs ont complètement régressé. Pourquoi ? Parce que les ancêtres eux nageaient avec leurs membres postérieurs. Tandis que Cynthiacetus nage avec sa queue."

Le squelette a été retrouvé dans un désert au Sud de Lima, dans une zone qui était autrefois sous l’océan. Il était emprisonné dans la roche. Il a fallu plusieurs semaines à Christian et son équipe pour sortir les morceaux du sol et les envoyer sous caisse en France où les os fossilisés ont été dégagés de la roche.

Christian de Muizon :

"Cette roche était un calcaire très très dur qu’on ne pouvait pas enlever mécaniquement sans risquer d’abimer l’os, l’os du crâne. Donc on a utilisé pour cela un acide qui pouvait dissoudre ce calcaire sans abimer l’os. Seulement il fallait le faire très progressivement, parce que l’os est un peu fracturé. L’enlever, le rincer, le sécher et consolider l’ensemble des os du crâne pour maintenir ensemble tous ces petits morceaux. Après il faut faire tout un soclage métallique pour mettre l’animal dans une position de vie qui correspond à ce que l’on suppose avoir été la réalité."

Ce travail, ainsi que l’assemblage du squelette a constitué un travail colossal qui a pris plusieurs années. Aujourd’hui il rend bien compte de la férocité de ce carnassier marin.   

Christian de Muizon :

"Alors ces dents antérieures servaient à attraper la proie et à la saisir. Des poissons, comme les thons, par exemple, sont extrêmement glissants, non même pas d’écaille, sont très glissants. Ou bien des manchots, avec les plumes, sont aussi glissants. Avec ses dents extrêmement pointues, cela se plantaient dans le corps de la proie et la proie ne pouvait plus partir. Après, l’animal, le Cynthiacetus amenait la proie vers l’arrière de sa mâchoire. Et la vous voyez, ses dents là fonctionnaient comme des ciseaux et cela permettaient de couper les morceaux de l’animal pour pouvoir les ingérer. Alors ce spécimen, c’est un jeune adulte. On regarde les dents, elles ne sont absolument pas usées. Or ces animaux sont des grands prédateurs qui attrapaient des gros animaux. Et à force de manger des animaux, des gros poissons, des manchots, les dents finissent par s’user. Mais là, elles n’ont pas la moindre trace d’usure. Quand on a dégagé ce spécimen, dans le début de la cage thoracique et dans la partie qui correspond à la gorge, on a trouvé des os d’un thon de très grande taille. On suppose que ces thons ne sont pas descendus jusque dans l’estomac. A notre avis, il a mangé ce thon et il s’est étouffé."

Drôle de fin pour ce jeune Cynthiacetus dont l’appétit était visiblement plus gros que son estomac et surtout que sa gorge !

Christian de Muizon :

"Ce que l’on souhaiterait découvrir, c’est… Ce Cynthiacetus là on le connaît assez bien. Maintenant ce que l’on aimerait savoir c’est de comprendre le lien de façon plus précise qui existe entre Cynthiacetus et les cétacés modernes. Comment on peut passer directement de ces basilosauridés aux cétacés modernes ?"

Réalisateur : Eric Ellena, Nicolas Bazeille et Paul-Aurélien Combre

Producteur : French Connection Films; France Télévisions; Les productions Megafun; CNRS images

Auteur : Eric Ellena, Nicolas Bazeille, et Guillaume de Ginestel

Production : 2018

Diffusion : 2018

Publié le - Mis à jour le 08-07-2019

Recommandations