À ne pas prendre à la légère : l'obésité !

 

Image Contenu

 

 

Ces derniers jours, plusieurs études sur l’obésité ont été publiées. Ces dernières soulignent une large progression de l’obésité dans le monde : 1 humain sur 10 souffrirait d’obésité.

État des lieux :

Dans le monde (en 2015) :

  • 107,7 millions d’enfants souffrent d’obésité
  • 603,7 millions d’adultes souffrent d’obésité

Le nombre d’obèses a plus que doublé depuis 1980 dans 73 pays.

Les régions du monde peu ou très touchées (% d’obèses dans la population)

  • Afrique de l’Est (Ex : Burundi 0,8 % et Éthiopie : 1,2 %)
  • Asie du Sud-Est (Ex : Cambodge 1,6 % et Vietnam 1,7 %)
  • Amérique du Nord (Ex : États-Unis 33,6% et Canada 26,3%)
  • Îles du Pacifique (ex : Îles Cook : 48,6%)

En France, l’obésité stagne

Le saviez-vous ? 

Ces catégories de corpulence sont calculées sur la base de l’IMC (indice de masse corporelle). Il est égal au poids, divisé par la taille au carré. La maigreur correspond à un IMC inférieur à 18,5 et l’obésité à un IMC supérieur à 30.

Ainsi le surpoids et l’obésité sont présents chez près de la moitié des adultes en France. Avec 17 % de personnes touchées par l’obésité, le pays se situe dans la moyenne des pays européens.

Si la France s’en sort mieux que d’autres pays européens, c’est en majeure partie lié aux habitudes alimentaires des Français (3  repas par jour, culture du « bien-manger » mais également de la minceur de plus en plus présent en France, notamment chez les jeunes filles.

Pour aller plus loin
La Roumanie est le pays qui compte le moins de personnes atteintes d’obésité au de l’UE avec 9,4 %. Malte est celui qui en compte le plus avec 26 %.

Les causes et conséquences de l’obésité

Les causes principales

  • L’hérédité : 70 % des obèses ont au minimum un parent obèse.
  • Les troubles de l’alimentation : Excès d’apport calorique par rapport aux besoins de l’organisme (boulimie, grignotage)
  • Le milieu social : une personne précaire va se diriger vers des produits moins chers et donc de moins bonne qualité, généralement plus gras ou sucrés. 20,9 % des Français avec un niveau d’éducation faible sont obèses contre 8,8 % chez ceux qui ont fait de longues études.
  • Le manque de sommeil
    Quand un adulte dort moins de 5h/nuit, le risque d’obésité augmente de 60 %.

Les conséquences médicales

4,8 millions : nombres de décès attribués au surpoids et à l’obésité dans le monde en 2015.

L’obésité peut déclencher certaines maladies :

  • Maladies cardio-vasculaires
  • Diabète
  • Cancers
  • Hypertension artérielle

Il est difficile d’estimer quand l’obésité est responsable d’un décès : différentes études donnent entre 50 000 et 100 000 morts annuelles dues au problème de l’obésité en France.

La mobilisation contre l’obésité en France

Depuis 2001, plusieurs mesures ont été prises pour lutter contre l’obésité, aussi bien à travers le Plan National Nutrition et Santé qu’avec les différents plans obésité.

La prévention
2004 : interdiction des distributeurs automatiques dans les établissements scolaires.

2007 : ajout d’informations sanitaires dans les publicités pour les produits alimentaires gras ou sucrés.

2016 : mise en place d’une information visuelle synthétique pour informer le consommateur sur la qualité nutritionnelle des produits alimentaires industriels.

Le curatif

  • 37 centres spécialisés (régime alimentaire, sport, soutien psychologique)
  • Coupe faim : le Xénical (délivré sur ordonnance) est le seul médicament autorisé.
  • Anneau gastrique : posé sur la portion supérieure de l’estomac, cela réduit son volume et ralentit le passage des aliments.
  • Court-circuit gastrique (ou bypass) : ablation d’une partie de l’estomac qui permet de réduire son volume. En 2015, 50 000 Français se sont fait réduire la taille de l’estomac.

Le saviez-vous ?
Ces soins sont en partie pris en charge par la sécurité sociale

 

Contenus : Sybile Morel
Graphisme : Aurélien Dadié

Publié le - Mis à jour le 09-05-2019

Recommandations