Les instruments d'un avion

Les instruments

Le pilote dispose de nombreux instruments pour contrôler le déroulement du vol, surtout lorsque la visibilité extérieure est nulle (dans un nuage ou de nuit). Parmi les plus courants, nous pouvons citer :

  • L'horizon artificiel : un des instruments les plus complets, il indique l'attitude de l'avion (pente, inclinaison).
  • L'anémomètre : il donne la vitesse du vent sur les ailes de l'avion en noeuds, km/h ou miles per hour. Le pilote peut en déduire une vitesse sol approximative.
  • L'altimètre : il donne l'altitude approximative de l'avion en mètres ou en pieds, il doit souvent être recalé en fonction de la pression atmosphérique.
  • Le variomètre : il indique la vitesse ascensionnelle de l'avion en mètres/secondes ou en pieds/minute.
  • Le compas : il indique l'orientation de l'avion sur son axe de lacet par rapport au nord magnétique (cap magnétique).
  • L'indicateur de virage et de dérapage : il permet au pilote de contrôler son virage. L'indicateur de dérapage est aussi appelé « la bille ».
  • Le tachymètre : il indique la vitesse de rotation du moteur en tours / minute. Et souvent bien d'autres : le conservateur de cap, la pression du carburant, la jauge d'essence, la pression d'huile, le contrôle de l'électricité, etc.

A noter
De plus en plus, les avions sont équipés d'un récepteur GPS qui permet de connaître la position de l'avion avec précision et constitue une aide précieuse pour la navigation.

 

Casquette

Le pilote doit pouvoir lire ses instruments sans effort de façon à prendre ses décisions en disposant des meilleurs informations. Ceci doit être v0rai par n'importe quel temps et en particulier lorsque l'avion, au dessus des nuages se trouve en plein soleil. Au dessus du tableau de bord se trouve la casquette qui procure une ombre bienvenue facilitant la lecture des instruments en plein soleil. Elle sert parfois de support au compas ce qui permet de placer celui-ci dans le plan de symétrie de l'avion, à une place particulièrement visible.

Image Contenu

 

Commandes diverses

Le pilotage d'un avion est une tâche complexe qui nécessite de nombreux instruments et commandes destinés à contrôler des aspects ou des phases particulières du vol. Parmi celles-ci, nous pouvons citer

  • les commandes de gouvernes secondaires (volets, aérofreins, compensateur de profondeur...)
  • les commandes radio (pour établir des contacts avec le contrôle au sol, la tour de contrôle ou les autres aéronefs)
  • les instruments de radionavigation et les aides à l'atterrissage lorsque la visibilité est nulle etc.
Image Contenu

A noter
La plupart des commandes sont spécifiques à un type d'avion, mais les instruments et les équipements peuvent varier d'un avion à l'autre, même s'ils sont du même type. Le pilote qui emprunte un avion pour la première fois commence donc par le découvrir en détail, même s'il est qualifié sur le type d'avion correspondant.

 

Le poste de pilotage

Le rôle du pilote est d'assurer le bon déroulement du vol, depuis le hangar de départ jusqu'au hangar d'arrivée. Pour cela, le pilote dispose

  • de commandes de vol, qui lui permettent de diriger l'avion et contrôler sa vitesse d'instruments de bord qui le renseignent sur le bon déroulement du vol, la position de l'avion, son attitude, sa vitesse, etc.
  • d'instruments de contrôle qui lui permettent de s'assurer du fonctionnement correct de son avion
  • d'une radio qui lui permet de communiquer en permanence avec les autorités chargées du contrôle aériens

L'ensemble de ces commandes est disposé de manière à fournir l'information de manière immédiate et instinctive. Les commandes de vol sont quant à elles en grande partie standardisées.

 

Le manche (ou le volant)

Image Contenu

Inventé par Robert Esnault-Pelterie dès les premières années de l'aéronautique, le manche à balai permet de contrôler les ailerons (lorsqu'on le manœuvre à droite ou à gauche) et la gouverne de profondeur (lorsqu'on le manœuvre d'avant en arrière). Il est souvent remplacé par un volant, manœuvré lui aussi selon deux axes : en rotation pour les ailerons ou en translation pour la gouverne de profondeur.

A noter
De nombreux avions proposent un dispositif qui mélange les deux principes : le volant est monté sur un manche. La rotation du volant commande les ailerons, l'inclinaison du manche en avant ou en arrière commande la gouverne de profondeur.

 

Les gaz

La commande de gaz permet de contrôler, soit le régime de rotation, soit la pression à l'admission. Elle se présente souvent comme une tirette : on la tire à fond pour réduire les gaz, on la pousse à fond pour mettre plein régime. Mais de nombreuses autres formes existent :

Image Contenu

A noter
Elle peut être complétée par une commande de richesse qui permet de doser le pourcentage d'essence dans le carburant envoyé au moteur (la richesse doit être diminuée en altitude où l'air est plus pauvre) et une commande de pas d'hélice qui permet sur les avions sophistiqués de contrôler l'angle des pales de l'hélice.

 

Le palonnier

Le palonnier est composé de deux pédales dont la fonction première est de commander la gouverne de direction. Les deux pédales ont des mouvements inversés : lorsque le pilote enfonce l'une, il doit relâcher l'autre.

Image Contenu

Le siège

Le pilote est assis et sanglé sur son siège durant toute la durée du vol. Celui-ci peut être individuel ou faire partie d'une banquette. Il a souvent une découpe particulière au niveau de l'assise pour permettre un débattement complet du manche à balai.

Image Contenu

A savoir
Le meilleur angle entre l'assise et le dossier du siège est de 105°.

En partenariat avec Musée de l'air et de l'espacemusée de l'air et de l'espace

le musée de l'air et de l'espace est un musée d'Etat, dépendant du Ministère de la Défense, placé sous la tutelle de la DMPA, direction de la mémoire, du patrimoine et des archives.

Publié le - Mis à jour le 09-04-2019

Recommandations