La poésie joue avec les nombres à l'infini

100 000 000 000 000 de poèmes

Raymond Queneau (1903-1976), entré à la Société mathématique de France en 1948, développa une nouvelle forme de poésie en imposant à ses créations des règles arithmétiques. L'une de ses oeuvres les plus connues, Cent mille milliards de poèmes, permet de composer autant de poèmes à partir de la combinaison méthodique des vers de 10 sonnets.

Il fonda, avec François le Lionnais, l'oulipo (ouvroir de littérature potentielle) dont l'objectif est d'inventer de nouvelles règles de composition poétique.

Attente

(...) Sous le masque j'ai mis le vide,
Dans le vide j'ai mis les mille lettres de l'alphabet,
Cela fait un beau concert
Bien qu'il n'y ait personne.
Et pourtant j'attends, j'attends,
J'attends le zéro qui ne viendra jamais.

Georges Ribemont-Dessaigne, Ecce homo

Publié le - Mis à jour le 29-03-2019

Recommandations