Les « Monade » de Leibniz : substances simples, individuelles et sans partie

La monade : miroir du monde

Leibniz

Image Contenu

Gottfried Wilhelm von Leibniz

Selon Leibniz, toute chose dans l’univers se compose de substances simples, individuelles et sans partie qu’il appelle « monade » (« unité » en grec). Toutes différentes les unes des autres puisque toutes uniques, les monades sont en nombre infini. Soumise à un changement continuel qui ne peut venir de l’extérieur puisqu’elle ne possède « ni fenêtre, ni porte », la monade est douée de spontanéité.

En chaque monade s’exprime en effet tout l’univers. La totalité universelle est donc présente dans chaque monade qui l’exprime à partir de son point de vue singulier. Leibniz développe ainsi une conception originale du monde où l’infiniment petit contient la totalité de l’univers et donc l’infiniment grand !

"Les âmes sont des unités et les corps sont des multitudes, mais infinies, tellement que le moindre grain de poussière contient un monde d'une infinité de créatures. Et les microscopes ont montré aux yeux mêmes plus d'un million d'animaux vivants dans une goutte d'eau. Mais les unités, quoiqu'elles soient indivisibles et sans parties, ne laissent de représenter les multitudes, à peu près comme toutes les lignes de la circonférence se réunissent dans le centre."

Leibniz

Euclide

Il n’est pas rare de relier le terme de monade à la notion de point définie par Euclide (Eléments I, Déf.1) comme ce qui n’a pas de partie, la partie insécable. En effet, tout comme le point mathématique est atome de l’espace, la monade, point méta-physique, est atome immatériel de la nature.

En partenariat avec Université Paris-Sud 11université paris-sud 11

Paris-Sud est une université pluridisciplinaire à dominante scientifique et de santé

Publié le - Mis à jour le 10-02-2016

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac