La justice – Révisions Bac Philosophie

Dans un premier sens, la justice désigne ce qu'un homme s'estime légitimement en droit de faire de par sa raison ou sa conscience individuelle. Dans un second sens, la justice désigne ce qu'un homme est légalement autorisé à faire ou à ne pas faire, ce qui est autorisé ou interdit pas la loi de tel ou tel pays. Les philosophes parlent de « droit naturel » pour désigner le sens moral, la légitimité d'une action, et de « droit positif » pour désigner le sens juridique ou la justice légale autorisant telle ou telle action. L'un des principaux problèmes philosophiques tient à ce que ces deux dimensions de la justice sont à la fois bien distincts, parfois opposés, mais également interdépendants... Le problème philosophique de la justice se présente sous la forme d'une contradiction. D'un côté, il n'est pas souhaitable que les individus obéissent aveuglément aux institutions juridiques et politiques de leur pays mais ils doivent au contraire détenir par devers eux le droit de les juger et même de les contester au besoin et ce afin de pouvoir y consentir librement. Mais d'un autre côté, il ne serait pas possible de concevoir une société dans laquelle chacun serait le seul juge des lois auxquelles il consent à obéir ou non parce que, dans cette hypothèse, l'ordre juridique et politique n'aurait tout simplement plus aucune consistance, il perdrait toute autorité et toute valeur. L'ordre juridique et politique impose donc certaines limites à l'exercice de la liberté individuelle. Trois questions sont dès lors abordées ici autour de la notion de justice : a-t-on le doit de s'opposer à la loi ? Vaut-il mieux commettre ou subir l'injustice ? La justice peut-elle s'accommoder des inégalités ?
Publié le - Mis à jour le 25-02-2015