Le corrigé de la dictée de Marcel Pagnol

Tous prêts pour la dictée !

Chargement de la playlist en cours...

Sans la moindre hésitation apparente, je m’avançai vers le fauve — en comptant sur le magnétisme bien connu du regard de l’homme d’une part, et d’autre part, sur la solidité de la chaîne.

  • Je m’avançai : Le verbe "avancer" est un verbe du 1er groupe conjugué ici à la 1re personne du singulier du passé simple.
  • Chaine / Chaîne : Conformément aux rectifications orthographiques de 1990, on accepte aussi l’orthographe sans accent circonflexe : "chaine".

 

Ma vue sembla surexciter l’animal : je m’arrêtai, prudemment, au bord du demi-cercle qu’avaient tracé ses allées et venues ; du fond de la niche, il bondit, mais d’un élan si prodigieux que la boucle du collier céda. Isabelle poussa un cri de terreur.

  • Ma vue sembla : Le verbe "sembler" est un verbe du 1er groupe conjugué ici à la 3e personne du passé simple.
  • Surexciter : Attention à l’orthographe du verbe et notamment à la succession "xc". 
    Ce verbe du 1er groupe est employé ici à l’infinitif. Pour être certain qu’il faut employer l’infinitif, utilisez un verbe du 2e ou du 3e groupe. Par exemple, le verbe "éblouir". "Ma vue sembla éblouir l’animal" est une phrase correcte. L’emploi de l’infinitif doit donc être utilisé.
  • Prudemment : L’adverbe "prudemment" est dérivé de l’adjectif "prudent", auquel a été accolé le suffixe -mment. Il se forme à partir du radical "prude".
  • Qu’avaient tracé ses allées et venues : Le sujet est ici inversé. "Ses allées et venues", sujet au pluriel, influence l’accord du verbe "tracer" au pluriel. 
    L’accord du participe passé se fait avec le COD ("demi-cercle"). Employé au masculin singulier ici, il ne prend pas de    marque spécifique.
  • Il bondit : Le verbe "bondir" est un verbe du 2e groupe, employé ici encore au passé simple. A la 3e personne du singulier, il a une terminaison en -t.

 

J’esquissai un bond en arrière : trop tard ! Les longues pattes agrippèrent mes épaules, je vis briller quatre canines, aussi grandes et aussi pointues que des breloques d’explorateur... De toutes mes forces, je repoussai le dur poitrail, mais une longue langue douce me lécha furieusement le visage, tandis que la bête féroce poussait de longs gémissements.

  • Pattes : Il faut bien distinguer les pattes d’un animal avec les pâtes que l’on mange ! Attention aux homophones !
  • Agrippèrent : Ne pas oublier la consonne double qui composent ce verbe du 1er groupe, conjugué ici au passé simple.
  • Je vis : Dans cette phrase, le verbe "voir" est conjugué à la 1re personne du singulier du passé simple.
  • Briller : Comme dans le cas du verbe "surexciter" un peu plus haut, "briller" est ici aussi employé à l’infinitif. Pour être sûr de vous, n’oubliez pas d’utiliser un verbe du 2e ou du 3e groupe !
  • Quatre : Le déterminant numéral est invariable.
  • Aussi grandes et aussi pointues : Les adjectifs "grand" et "pointu" s’accordent avec le nom qu’ils qualifient, c’est-à-dire "les canines", féminin pluriel.
  • De longs gémissements : Le déterminant "de" introduit le pluriel. Le nom ("gémissement") et l’adjectif ("long") s’accordent donc au pluriel.

 

C’était un tendre méconnu, un solitaire pathétique, une brute enragée d’amour, qui s’aplatit ensuite à mes pieds pour lécher mes mollets en pleurant de joie...

  • Pathétique : Cet adjectif est dérivé du grec pathêtikos, ce qui explique la présence du h.
  • Enragée : L’adjectif "enragé" s’accorde avec le nom féminin singulier "une brute".
  • S’aplatit : Comme "apaiser", "apercevoir", "apitoyer"…, le verbe "aplatir" fait partie des verbes commençant par ap- qui ne prennent qu’un seul p. Il est ici conjugué au passé simple, à la 3e personne du singulier.

 

J’eus toutes les peines du monde à m’en débarrasser car il rampait sur mes pas, et m’eût suivi jusqu’au bout du monde. Isabelle avait pris la fuite ; elle revint en courant, pendant que je rebouclais le collier du fauve.

  • J’eus : Le verbe "avoir" est conjugué à 1re personne du singulier du passé simple.
  • Débarrasser : Ce verbe est composé de deux consonnes doubles. Introduit par la préposition "à", il est employé ici à l’infinitif.
  • Il rampait : Le verbe "ramper", conjugué ici à l’imparfait, s’orthographie avec am car il se situe avant un p. Pour rappel, le son [an] devant m, b ou p s’écrit -am.
  • Il m’eût suivi : Il s’agit ici du plus-que-parfait du subjonctif. Il est formé à partir de l’auxiliaire avoir conjugué à l’imparfait du subjonctif et du participe passé. Il se caractérise par un accent circonflexe. Il exprime ici un fait supposé, situé dans le passé.
  • Isabelle avait pris : Le participe passé du verbe "prendre" prend un s.
  • Je rebouclais : Le verbe "reboucler" est un verbe du 1er groupe conjugué ici à l’imparfait, à la 1re personne du singulier. Dans un récit au passé, le passé simple et l’imparfait s’emploient ensemble.

 

Elle me dit simplement — d’assez loin : "Chevalier, je suis contente de vous." Il me sembla que c’était un peu froid : mais le soir même, en racontant cet épisode à son père, elle affirma que j’avais terrassé la bête féroce. Elle l’avait d’ailleurs peut-être cru, car pendant ma trop facile victoire, elle avait caché son visagedans ses mains.

  • Chevalier : Lorsqu’il s’agit de paroles rapportées, on utilise une majuscule.
  • Cet épisode : Devant une voyelle, le déterminant démonstratif masculin "ce" devient "cet".
  • À : La préposition "à" prend un accent. Le verbe "avoir" n’en prend pas.
  • Terrassé : Le verbe "terrasser" est composé de deux consonnes doubles.
  • Elle avait caché son visage : Le participe passé ne s’accorde pas avec le verbe "Avoir".
  • Ses : Il faut bien distinguer les déterminants "ses" et "ces". Le premier est un déterminant possessif ; le second est un déterminant démonstratif.

Producteur : France Télévisions ; Média TV

Production : 2019

Publié le - Mis à jour le 22-07-2019