Maurice Ravel : Le Boléro

Chut

Chargement de la playlist en cours...

Avec son dessin sensuel, la mélodie du Boléro de Ravel (1928) est marquante, mais ce n'est pas elle qu'on remarque d'abord, mais le rythme obstiné qui parcourt tout ce morceau, le rythme du boléro, danse espagnole lente mais inexorable. La phrase du début va revenir, toujours identique, sur le rythme immuable du boléro. La partition ne se fige pas pour autant, c'est le tissu orchestral qui devient plus dense car de nouveaux instruments s'ajoutent peu à peu pour jouer la fameuse phrase. Après la flûte, c'est la clarinette qui fait entendre la sinueuse mélodie. La répétition obstinée, régulière de ces deux phrases sur un rythme immuable a quelque chose d'hypnotique. L'accumulation des instruments forme un lent et gigantesque crescendo, c'est-à-dire une augmentation progressive du volume jusqu'à un final paroxystique — tout cela en une vingtaine de minutes. Le Boléro de Ravel ou l'art de construire une page musicale grandiose et fameuse avec le matériau le économe possible.

Réalisateur : Gérard Louvin

Producteur : RTS, Toutlecontenu.com

Publié le - Mis à jour le 14-02-2019

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac