Le rock change : des Beachs Boys à Woodstock

Points de repères - Rock, liberté et décibels

Chargement de la playlist en cours...

Elvis Presley a ouvert une brèche dans la société puritaine. D’autres artistes s’y sont engouffrés, comme Jerry Lee Lewis ou Chuck Berry. Au début des années 1960, le rock a perdu de sa vitalité. Il s’est assagi et est devenu plus policé, plus respectable, plus commercialisable. La censure et l’argent ont fait leurs œuvres. Quelques résistants, comme Johnny Cash continuent de défier l’ordre établi avec des titres comme Ring of Fire. Mais même Elvis Presley, que l’on surnomme dorénavant le « King » n’est plus le même.

L’Amérique espère alors revenir à de vraies valeurs. Finis les modèles rebelles pour la jeunesse, place à un rock’n’roll bien élevé. Pourtant né aux États-Unis c’est en Angleterre que le rock va trouver son second souffle.

En 1963, les Beatles débarquent avec la chanson, She loves you. Le monde ne sera plus jamais le même. C’est un raz-de-marée. Ils sont beaux, ils sont jeunes, leurs mélodies sont entraînantes. C’est le début de la Beatlemania.

Comme de nombreux groupes de rock par la suite, ils sont originaires de la classe ouvrière de Liverpool. Ces quartiers populaires vont devenir de véritables forges à talents. Leur album « Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band » est souvent considéré comme l’un des meilleurs albums rock de tous les temps. Leur influence sera décisive sur l’histoire du rock.

En 8 ans de carrière, ils enregistreront 13 albums, 200 chansons et vendront plus de 300 millions de disques. Mais pour les Beatles, pas de provocation, ni de rébellion. Ce sera le rôle des Rolling Stones.

Les Stones ne sont pas les Beatles. Ils vont même tout faire pour être considérés comme leur parfait opposé. Leur image de mauvais garçons, plein d’arrogance, de rébellion et de sexualité s’avère très rapidement payante. Les parents détestent le groupe, donc les jeunes l’adorent.

Le titre Satisfaction est une révolution. Parfaite synthèse du blues, du rythm and blues et du rock.

Entre les Beatles et les Rolling Stones on a de plus en plus l’embarras du choix tant le rock devient tentaculaire. Il prend une nouvelle dimension. En plus de l’émancipation de la jeunesse, les premiers thèmes politiques apparaissent. On commence à désavouer la guerre, et notamment celle du Vietnam : ce sont les premières protest songs.

Au festival de Woodstock, le 15 août 1969, Jimmy Hendricks joue l’hymne national américain à la guitare. Le son incroyable qu’il arrive à sortir de sa guitare lui permet de simuler le son de bombes. Le message est clair. 

Réalisateur : Pierre Lergenmüller

Producteur : MAD Films, Triarii Prod, Les Films de la Butte, Arte GEIE

Auteur : Pierre Lergenmüller

Production : 2016

Publié le - Mis à jour le 06-02-2019

Recommandations