Comment une boîte à rythmes défectueuse a changé l’histoire de la musique !

Les folles inventions musicales avec PV NOVA

Chargement de la playlist en cours...

PV Nova raconte l'histoire de la boîte à rythmes dans la musique

Avez-vous déjà entendu une boîte à rythmes ? Mais qui n’a vraiment pas le sens du rythme ? Alors ça a quand même peu de chances d’arriver, parce que le gros avantage d’une boîte à rythmes, c’est sa régularité. Mais ça peut aussi… changer l’histoire de la musique. Générique !

Les premières boîtes à rythmes apparaîssent dans les années 1930, et la première à être commercialisée est la Sideman Wurlitzer en 1959. On choisit un rythme et un tempo, c’est-à-dire une vitesse.

Le problème, c’est qu’on ne peut pas la programmer à l’avance, donc la plupart du temps elle sert juste à accompagner quelqu’un qui joue du clavier. C’est sympa deux minutes, mais c'est pas fou. Sauf qu’en 1980, la marque Roland sort la TR-808, une machine qui va révolutionner la musique. Déjà parce qu’elle est programmable, c’est-à-dire qu’on peut préparer un certain rythme pour le couplet, un autre pour le refrain, des breaks, des solos, etc. Deuxième raison : cette boîte à rythmes est complètement foireuse !  

Dit comme ça, y a un truc qui sonne faux.

En fait, l’intérêt d’une boîte à rythmes, c’est de remplacer un batteur quand on n’en a pas. Et pour se rapprocher d’un son de batterie, les constructeurs ont deux choix. Soit ils utilisent des samples, c’est-à-dire de vrais sons de batterie enregistrés et rejoués par la machine. Soit c’est la boîte à rythmes qui synthétise elle-même les sons, qui les fabrique, et là…

Quand Roland sort la TR-808, il fait le choix de la proposer à un prix abordable, ce qui implique de ne pas utiliser de samples, qui demanderaient trop de mémoire. Et le résultat, c’est ça. Clairement, Roland n’a pas misé sur le réalisme. Pour vous dire, ils ont même choisi volontairement de fabriquer leur machine avec des composants défectueux, parce qu’ils aimaient bien le petit grésillement que ça faisait.

Quant au son de cymbale, c’est un des ingénieurs qui a renversé son thé sur le prototype, ils ont rallumé, ça a fait un truc comme ça : ils se sont dit “Eh, trop cool !” Bref, sans surprise, ça a été un bide total : les sons du TR-808 n’étaient absolument pas ce que les musiciens de l’époque voulaient. Roland a assez vite arrêté la fabrication surtout qu’ils n’arrivaient plus à se fournir en composants défectueux.  

Bon, la TR-808 se retrouve sur le marché de l’occasion, et c’est là que les producteurs de hip-hop la découvrent. Et ils vont la kiffer. Ok, ça ressemble pas du tout à une vraie batterie, mais il y a de bonnes basses et des aigus bien tranchants. Le premier morceau qui va l’exploiter à fond, c'est Planet Rock d’Afrika Bambaataa.

Ce son va changer la façon dont on conçoit la musique ! Jusque-là c’était la mélodie qui était mise en avant, mais avec la TR-808, la rythmique devient prioritaire. Et cette boîte à rythmes va être la plus utilisée de tous les temps !

 Et voilà comment une boîte à rythmes qui n'avait rien pour réussir a marqué l’histoire de la musique. Alors la prochaine fois que vous serez en plein échec… dites-vous que vous êtes en train de révolutionner le monde. Ciao !

Réalisateur : Nicolas Beguet

Producteur : France Télévisions; Goldenia studios

Auteur : Benjamin Valière; PV NOVA

Production : 2018

Publié le - Mis à jour le 25-02-2019

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac