Les châteaux philippiens du Moyen Âge

Le règne du roi Philippe Auguste (1180-1223) est marqué par le renforcement du pouvoir monarchique et l’agrandissement du domaine royal. C’est le fruit de plusieurs années de luttes intenses face aux grands seigneurs mais aussi contre les Plantagenêts (les rois Richard Cœur de Lion et Jean sans Terre) qui possèdent — en plus de l’Angleterre — l’Anjou, la Normandie et l’immense duché d’Aquitaine. Cette autorité se manifeste via la nouvelle titulature de Philippe Auguste à partir de 1204 : il n’est plus roi des Francs mais bien roi de France.

Image Contenu
Plan de la forteresse de Dourdan.

Des améliorations esentielles

Elle s’exprime également à travers la construction ou l’amélioration de nombreux châteaux sur l’initiative royale. On parle de modèle « philippien » car les architectes de Philippe Auguste respectent globalement les mêmes principes de construction (formes, dimensions, organisation de la défense) qui seront par la suite largement imités ou repensés. Les châteaux philippiens suivent un plan ramassé rectangulaire ou polygonal car la surface à défendre est ainsi réduite. On multiplie également les tourelles pour ne laisser aucun angle mort (protection des angles et des flancs). Le donjon perd sa prédominance, devenant une tour plus imposante que les autres servant à défendre un point sensible (excepté au Louvre où il est positionné au centre). Dans l’enceinte du château, les bâtiments s’appuient le long de la courtine afin de dégager le centre de la cour : les manœuvres et les déplacements s’en trouvent simplifiés. Plus grands et confortables, une partie des logis de la cour sert d‘habitat et de salle d’apparat (de plus en plus rarement situés dans le donjon). Parmi les nombreux châteaux philippiens, le Louvre restera le modèle absolu en la matière. On peut également citer Dourdan (Essonne) qui demeure le représentant le plus élaboré et le mieux conservé du modèle philippien.

Image Contenu
Forteresse de Dourdan, dans la vallée de l'Orge (Essonne) © DR

Un système de défense renforcé

Certains châteaux au Moyen-Âge voient également leur défense entièrement repensée et améliorée. Quand il s’agit de conquêtes, la symbolique est d’autant plus forte. Après la prise de Chinon (Indre-et-Loire) en 1205, Philippe Auguste fait renforcer le système de défense (en ajoutant notamment deux tours). Même chose à Gisors (Eure) où deux nouvelles tours sont construites et à Falaise (Calvados) avec l’ajout d’une tour et la transformation de l’enceinte.

 

Pour en savoir plus, découvrez au plus vite

 

Amusez-vous à retrouver les mots-cachés dans le château fort !

 

Publié le - Mis à jour le 09-05-2018

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac