Le Louvre : Henri IV et la galerie du Bord-de-l’Eau

Les enfants d’Henri II et de Catherine de Médicis, François II, Charles IX et Henri III, mènent au Louvre une vie minutieusement réglée sous l’œil vigilant de la reine mère. Henri de Navarre et la reine Margot ont également leur logement au Louvre, où un gentilhomme huguenot se réfugie en pleine nuit de la Saint-Barthélemy … et est sauvé ! Mais Catherine de Médicis a d’autres désirs dont le Louvre pâtira : elle mettra énergie et finances dans la construction du palais des Tuileries (voir page suivante).

Image Contenu

C’est Henri IV, roi bâtisseur s’il en est, qui aura à cœur de réunir le vieux Louvre aux Tuileries toutes neuves. Il conçoit un ensemble architectural d’une ampleur exceptionnelle : il entend quadrupler l’emprise au sol du Louvre médiéval et araser l’espace entre le Louvre et les Tuileries pour y réaliser son « grand dessein ». Mais il ne possède pas l’arme redoutable qui lui permettrait de mener à son terme ce fabuleux projet : aucune législation n’autorise alors le roi à exproprier – et il faudra attendre Napoléon III pour accomplir enfin le « nouveau Louvre ». Henri IV construit néanmoins une galerie de jonction lui permettant d’habiter la résidence de plaisir de Catherine de Médicis, sans que personne puisse lui faire le reproche d’abandonner le Vieux Louvre puisque les deux palais ne font plus qu’un : la longue galerie du Bord-de-l’Eau voit le jour. Dès mars 1606, le dauphin, futur Louis XIII, s’y promène les jours de pluie dans un petit carrosse tiré par des dogues ; en avril, il y « court le renard avec les chiens du roi », y fait voler toutes sortes d’oiseaux et même « courir un chameau que lui a donné Monsieur de Nevers » ainsi que nous l’apprend son médecin, Jean Hérouard. Louis XIII reprend les travaux du Louvre en 1624 et Louis XIV achève le quadruplement de la cour Carrée et dote le palais de la Colonnade face à Saint-Germain-l’Auxerrois. Pourtant, il abandonnera le Louvre en 1678 pour Versailles, où il embrigadera la cour et se sédentarisera.

Les Académies royales s’installent alors dans le palais vacant et inachevé, coudoyant au XVIIIe siècle toute une population peu respectueuse des lieux. Aucun souverain n’y habitera plus. Lorsque, en octobre 1789, la famille royale abandonne définitivement Versailles, contrainte par les émeutiers de retourner à Paris, elle ne s’installe pas au Louvre mais aux Tuileries. Ainsi s’achève notre histoire. S’en ouvre une autre, celle d’un nouvel occupant particulièrement envahissant : le musée. Qui a dit que le Louvre n’était qu’une incroyable caverne d’Ali Baba ?

 

En partenariat avec L'éléphantl'éléphant

l'éléphant est une nouvelle revue de culture générale qui paraît tous les trimestres. Elle traite à la fois de sujets de culture générale « classique » (sans lien avec une actualité) et de thèmes qui font écho à un événement contemporain.

Publié le - Mis à jour le 21-02-2019

Recommandations