La guerre de Cent Ans : la France s'unifie, l'Angleterre en crise

L'essentiel est acquis, la victoire a changé de camp. Vainqueur à Orléans, sacré à Reims, le roi de France Charles VII a regagné sa légitimité.

Image Contenude 1431 à 1453, date de la dernière grande bataille de la guerre de cent ans à castillon, le retournement de situation se consolide. la reprise d’un certain nombre de places par charles vii au nord de paris et le climat insurrectionnel en réaction à l’occupation anglaise du bassin de seine conduisent des acteurs du conflit comme le duc de bourgogne à réorienter leurs alliances. sous la pression des parisiens et des villes flamandes, qui souhaitent la paix pour la reprise de l’économie, il se rapproche des français. c’est le traité d’arras, qui met fin à la querelle entre les armagnacs et les bourguignons en 1435. il scelle l’indépendance du duché de bourgogne, mais permet par ailleurs à l’opposition à l’angleterre de se souder, mettant le feu à des rebellions anti-anglaises en normandie. cela crée pour charles vii l’occasion d’un sursaut militaire contre la présence anglaise. il portera le coup final en guyenne, que la bataille de castillon fera revenir à la france en 1453. seule calais demeurera anglaise. À partir de 1461, louis xi, qui a succédé à son père charles vii, permet au royaume de france, par des moyens mélangeant violence guerrière et diplomatie, de se ressouder : des terres du duché de bourgogne et du duché de bretagne reviennent dans le domaine royal. il signera avec le roi anglais edouard iv, en 1475, le traité de picquigny, scellant la fin de la guerre de cent ans.

Image Contenu Les Anglais n’auront plus de prétention de règne sur le continent. L’Angleterre, dès 1453, date de leur défaite à Castillon, opère une sorte de repli isolationniste, la guerre de succession pour la couronne de France se muant en un conflit dynastique insulaire entre les familles de Lancastre et d’York, qui débouchera sur la guerre dite des Deux-Roses.

Du côté français, les Valois sortent de la guerre de Cent Ans avec un appareil d’État plus rationnel, fait d’une administration plus soudée autour du roi, de rudiments d’une armée de métier, de rentrées d’impôts régulières. La noblesse traditionnelle en sort affaiblie. La féodalité fait le bilan de son impuissance sur l’un des terrains qui était l’un de ses premiers ressorts : l’instance militaire.

Les secousses de la guerre de Cent ans auront atteint l’Espagne, les Pays-Bas, les portes du Saint-Empire germanique.

Publié le - Mis à jour le 16-02-2016

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac