La France et le règne de 4 dynasties successives

Au cours du Moyen Âge, d'un peuple germanique — les Francs, présent dès le IIIe siècle au nord de la Gaule — à un Royaume de France — ainsi nommé dans les textes officiels dès le XIIIe siècle — quatre dynasties se sont succédées sur un espace géographique recoupant plus ou moins la France actuelle.

Les Mérovingiens

Image Contenu
Baptême de Clovis, dans Office et vie de sainte Clotilde,
époque mérovingienne © BnF

La dynastie des Mérovingiens — les Francs, leur roi Clovis et ses fils — conquirent presque toute l'ancienne province romaine de Gaule, correspondant à une grande partie du territoire de la France actuelle, entre 481 et 535. En 754, la dynastie mérovingienne a vécu : faiblesse du pouvoir royal, pouvoir de l’aristocratie franque et des maires du palais, sorte de premiers ministres.

Les Carolingiens

Le pouvoir passe à la dynastie carolingienne, du nom de Charlemagne, roi le plus emblématique de cette dynastie. Le maire du palais Charles Martel, avec l’appui du Pape, organise cette « passation » de pouvoir.

Les Capétiens

Le second millénaire s’ouvre avec la dynastie des Capétiens. Hugues Capet, duc des Francs, reçoit l’appui du haut clergé français, pour reprendre la couronne de France en 987 et contrecarrer le prétendant carolingien, Charles de Basse-Lotharingie, soupçonné de vouloir céder aux ambitions du Saint Empire germanique. Fait exceptionnel dans l’histoire des successions dynastiques, Hugues Capet est « élu » par l’assemblée des grands du royaume franc. Le nom de France est employé de façon officielle aux environs de 1190, quand la chancellerie du roi Philippe Auguste commence à employer le terme de rex Franciæ (roi de France) à la place de rex Francorum (roi des Francs) pour désigner le souverain. A partir de 1205, le territoire est désigné dans les chartes sous le nom de regnum Franciæ (royaume de France). La dynastie capétienne, puis celle des Valois (branche collatérale des Capétiens directs), construira le royaume de France.

Les Valois

Lorsque le roi Charles IV meurt en 1328, il n’a pas d’héritier direct. De même ses frères n’ont pas d’héritier mâle. Dans le choix offert par la descendance de Philippe le Bel, leur père, l’assemblée des grands du royaume opte pour Philippe de Valois, neveu de Philippe le Bel, plutôt que pour Edouard III, petit-fils de Philippe le Bel… et roi d’Angleterre.

C’est ce fil conducteur, celui des dynasties qui se sont succédées au Moyen Âge, suivies de celle des Bourbons et de la puissance monarchique jusqu’à la Révolution de 1789, qui permet de retracer l’histoire de France à travers les turbulences des différentes époques.

 

Pour en savoir plus, découvrez Comment s'est faite la France ?
Publié le - Mis à jour le 09-05-2018

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac