« Louis Pasteur contre les loups-garous » de Flore Vesco - Littérature jeunesse

Image Contenu

Louis Pasteur contre les loups-garous

Auteur : Flore Vesco

Editeur Didier jeunesse

septembre 2016 - 15 €

Roman à partir de 12 ans

ISBN : 9782278085552

Thèmes : Science, Mystère, Monstre/dragon/loup-garou/yéti, Enquête, Aventure 

 

L'avis de Ricochet

Dans les années 1840, Louis Pasteur arrive à Paris pour étudier les sciences. Jurassien, boursier, gros travailleur, le jeune homme détonne au sein de sa grande école chic. En quelques semaines, il bouscule les autres étudiants et ses professeurs, crée son propre laboratoire sous les toits, prône des idées bizarres comme l’asepsie des plaies. Nous le voyons même inventer (avec quelques années d’avance sur la réalité) la pasteurisation et la vaccination.

Pasteur découvre aussi deux espèces qu’il ne connaissait pas : les loups-garous, dont un semble traîner les nuits de pleine lune dans l’école en assassinant les concierges, et les jeunes filles, la fière Constance de Villeneuve-Letang en tête. Son enquête sera toute scientifique, bien entendu. Armé d’un microscope au pied en fonte, accompagné de Constance devenue championne d’escrime, le loup-garou, qui soit-il, n’a qu’à bien se tenir !

Le mélange des genres était hasardeux : roman historique, reprenant des éléments véridiques de la biographie de Pasteur, roman d’aventures, avec des scènes mouvementées de poursuites et de batailles en des lieux pourtant clos, roman fantastique enfin, basé sur le type usé du loup-garou. Mais l’auteure, de son écriture convaincue, guillerette, avance sans faux pas dans l’histoire. En amoureuse des mots, elle varie férocement le vocabulaire de son lecteur. S’étant pleinement documentée sur ses sujets, elle sait les marier avec naturel, imaginant un Pasteur lançant des vaccins à l’arbalète les nuits de pleine lune… 

« Plus c’est gros, plus ça passe », a-t-on coutume de dire, et l’adage est tout à fait valable pour ce roman formidable, inattendu. Afin de ne lasser ni ne perdre le lecteur, Flore Vesco a l’adresse de garder un narrateur externe sachant tout sur les deux héros, de ne pas trop complexifier son intrigue, et de laisser une belle place à Constance. De jolie, la jeune aristocrate devient utile, et on s’intéresse autant à elle qu’à Louis, ce qui fluidifie le déroulé de l’aventure, le modernise aussi avec un côté féministe. Last but not least, le livre regorge d’un humour fin qui n’appartient qu’aux grands conteurs. Après De cape et de mots, Flore Vesco sait se renouveler de façon vraiment originale.

« [Le doyen] était un petit homme toujours affable, tout en courbettes et sourires. Il devait sa place de doyen à un certain nombre de qualités. Il avait une belle écriture cursive, fréquentait tous les grands noms du Ministère, et pouvait saluer très bas sans perdre l’équilibre. Et surtout, il portait des cravates éblouissantes, d’un flamboiement tel qu’elles captivaient le regard des élèves aussi sûrement qu’un serpent hypnotisant sa proie. Aujourd’hui, il arborait une lavallière rutilante, dont Louis ne put s’empêcher d’admirer les reflets couleur acétate de cuivre. » (p. 35-36)

Sophie Pilaire

EN PARTENARIAT AVEC RICOCHETricochet

La plateforme numérique ricochet-jeunes.org est le site d'information et de valorisation de la littérature jeunesse francophone de l'Institut suisse Jeunesse et Médias ISJM. ricochet-jeunes.org est un site indépendant à but non lucratif. Il vise à l'exhaustivité dans son domaine. Le site offre une banque de données très complète sur l'univers du livre de jeunesse, son histoire et son actualité. 

Publié le - Mis à jour le 16-11-2018

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac