Le Nautilus : monstre marin archaïque, merveille technologique

Qui n’a rêvé de parcourir le monde à la lecture de Jules Verne ? En nous embarquant pour un voyage sous-marin, l’auteur nous invite dans l’antre d’un terrible génie de la mer, le capitaine Nemo.

Quelle erreur d’enfermer les romans de Jules Verne dans la catégorie « littérature jeunesse » ! Car, dès le premier des soixante-quatre volumes composant la série des Voyages extraordinaires, publiés entre 1862 et le début du xxe siècle, ce sont les lecteurs adultes qui s’enthousiasment, et parmi eux nombre d’écrivains. Après avoir dévoré Cinq semaines en ballon (roman aérien, 1862) et Voyage au centre de la Terre (roman souterrain, 1864), George Sand, auteur bien installé dans le paysage littéraire, adresse à son jeune confrère une lettre pleine d’admiration et de gratitude. Elle y formule un espoir qui va produire l’étincelle dans l’imagination du romancier : « J’espère que vous nous conduirez bientôt dans les profondeurs de la mer. » Nous sommes en juillet 1865. L’idée mettra quelques années à devenir cette longue plongée romanesque dans les abysses de l’océan.

Image ContenuPremières éditions de Hetzel; Vingt mille lieues sous les mers (1871)

L’aventure commence en 1866, lorsque est signalée, sur les routes maritimes, la présence d’un monstre marin redoutable. Une expédition s’organise pour traquer la bête, qui perturbe la circulation des navires et alarme l’opinion publique mondiale. La frégate Abraham-Lincoln quitte le port de New York. Elle a pour passagers le savant français Pierre Aronnax, professeur au Muséum d’histoire naturelle de Paris, son fidèle assistant et domestique Conseil et l’impressionnant harponneur québécois Ned Land.

La confrontation avec le « monstre » provoque de terribles remous qui précipitent à la mer nos trois héros. Par chance, ils sont non pas avalés par ce qui pourrait être une baleine géante, mais recueillis à bord d’un sous-marin, le Nautilus. L’animal traqué était donc un engin en acier robuste, ultra-perfectionné, fonctionnant à l’électricité, en avance sur toutes les technologies de son temps. Il est placé sous l’autorité absolue d’un savant génial qui l’a conçu et créé, un homme aussi étrange qu’hospitalier, le capitaine Nemo. Ce marin est aussi un homme de goût et d’une culture immense : les appartements où il conduit ses trois « invités » sont aménagés avec des raffinements dignes d’un esthète.

En partenariat avec L'éléphantl'éléphant

l'éléphant est une nouvelle revue de culture générale qui paraît tous les trimestres. Elle traite à la fois de sujets de culture générale « classique » (sans lien avec une actualité) et de thèmes qui font écho à un événement contemporain.

Publié le - Mis à jour le 10-02-2016

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac