Equiper le citoyen en herbe

Le champ de ce qu’il est convenu d’appeler la citoyenneté se révèle particulièrement flou et extensible dès lors qu’il échappe au concept restrictif d’éducation civique auquel on le réduit trop souvent. En témoigne la prolifération de documentaires s’ingéniant, avec des bonheurs divers, à fournir une base de connaissances sur les institutions nationales, européennes, voire planétaires. Un savoir dont on ne conteste pas la nécessité urgente, mais à propos duquel on peut légitimement interroger des présupposés idéologiques où se définissent des conceptions bien différentes de la citoyenneté.

Soit on se coule dans une acception traditionnelle qui consiste à équiper le citoyen en herbe pour connaître et appliquer les règles républicaines existantes. Avec en corollaire un parallélisme ressassé et peu productif entre devoirs et droits. Soit on place l’individu en apprentissage au centre de la problématique en présentant les conquêtes des droits de l’homme (et de l’enfant) comme un long processus en devenir ; et partant, les règles et institutions comme autant de créations humaines qu’il appartient aux citoyens de sauvegarder et de faire évoluer tout à la fois. Une conception de la citoyenneté qui interpelle chacun dans sa capacité d’intervention sur les choses. Peu de documentaires privilégient cette approche dans l’abondance d’ouvrages figurant au catalogue de toutes les maisons importantes. Les manuels déguisés dominent souvent.

Lien :

La revue des livres pour enfants de la BNF

http://lajoieparleslivres.bnf.fr

Publié le - Mis à jour le 02-11-2012

Recommandations