Baisser la lumière

On ne peut pas parler de couleurs sans parler d’ombres, fréquemment utilisées mais pas systématiquement. Pourquoi cette irrégularité ?

L’ombre est une nécessité narrative. Dans L’Afrique de Zigomar, quand je veux montrer que l’oiseau décolle, je dois lui mettre une ombre dessous et, du coup, je dois aussi en mettre une sous l’ours blanc, à côté. Pareil quand les animaux (ou les objets) courent ou sautent. Dans Pipioli la terreur, il faut faire comprendre que les souriceaux, sur les étagères, sont au-dessus du dessinateur : c’est l’ombre qui apporte cette information. ( ) Oui, si vous voulez, bien sûr, peut-être… Non mais c’est surtout logique. Dans Le Père Noël et les fourmis, les enfants tiennent une lampe à pétrole. La pièce sort de l’ombre… Dans Tête-à-claques, le terrier est un milieu naturellement sombre. Quand on raconte la vie des lapins, ceux-ci ont un mode de vie humain, ça implique donc des lampadaires, des lampes de chevet… donc de l’ombre. Ce ne sont plus des lapins sauvages, c’est, comment dites-vous déjà, ah ! oui, de l’anthropomorphisme (rire ironique… contre l’exégiste). Ce changement, il faut le montrer, on ne peut pas le faire sur une image sans l’étendre à tout l’album. Question de logique !

Image Contenumademoiselle sauve-qui-peut, l'Ecole des loisirs, 1996, photo © Philippe Corentin

La lampe de chevet est un élément récurrent. Dans L’Arbre en bois, quand tous les objets sont partis, il ne reste que les oreillers et la lampe de chevet. La lampe apaise-t-elle, comme un doudou ?

C’est capital, la lampe de chevet ! (Le ton monte) Dans les hôtels, aujourd’hui, il n’y a plus que des appliques ! L’horreur ! Quand je voyage, j’ai ma lampe de chevet dans ma valise. Ma lampe de chevet et moi nous lisons beaucoup. Nous avons les mêmes goûts et c’est une de mes meilleures copines.

 

En partenariat avec Le Centre national de la littérature pour la jeunesse - La Joie par les livresle centre national de la littérature pour la jeunesse - la joie par les livres

le centre national de la littérature pour la jeunesse - la joie par les livres est un service du département littérature et art de la bibliothèque nationale de france, spécialisé dans le repérage et la promotion d'une littérature jeunesse de qualité.

Publié le - Mis à jour le 20-11-2012

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac