États-Unis/Russie : une nouvelle guerre froide ?

Géopoliticus - Saison 1

Chargement de la playlist en cours...

Qu'elles soient économiques, géopolitiques, diplomatiques ou militaires, les multiples tensions entre Washington et Moscou depuis le second mandat de Barack Obama sont exponentielles depuis l'élection de Donald Trump. Annoncent-elles une « nouvelle guerre froide » selon expression utilisée en février 2016 par le premier ministre russe Dimitri Medvedev ?

La « nouvelle guerre froide », c'est quoi ?

On a appelé guerre froide la confrontation sans conflit direct, durant la deuxième moitié du XXe siècle, entre les USA et l'URSS, jusqu'en 1991, date de dissolution de cet état. 
Les tensions actuelles se développent sur plusieurs fronts : 
-    À partir de 2011 avec la guerre en Syrie, où Moscou soutient le président Bachar Al-Assad militairement et diplomatiquement, et lui vend des armes ; 
-    Avec la crise ukrainienne début 2013, suivie d'une crise  internationale consécutive à l'occupation de la péninsule de Crimée par des troupes pro-russes. Puis, à partir du 28 février 2014, suite à des mouvements des troupes de l'armée fédérale russe près de la frontière ukrainienne. À cela s’ajoute la guerre du Donbass de février 2014 à février 2015, au sud-est de l'Ukraine. 
-    Autre motif de tensions : en mai 2018, Donald Trump, soutenu par Israël et l’Arabie saoudite, dénonce l’accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 avec Téhéran, un allié de Moscou.

Voyons maintenant la question des zones d’influence.

S'appuyant sur l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (Otan) qui peu à peu englobe les pays de l'ancien bloc de l'Est, les États-Unis réduisent la zone d'influence de la Russie et se rapprochent de ses frontières. Par exemple, Washington encourage l'Ukraine à intégrer l'Otan et lui vend du matériel militaire. Les tensions sont également vives entre la Norvège et la Russie, autour de l'île de Vardø qui se situe à 60 kilomètres des côtes russes et où l'armée américaine a installé une base de surveillance.

Les affaires d’espionnage sont aussi révélatrices des tensions entre la Russie et les États-Unis.

Les services secrets russes sont souvent accusés d'espionnage et régulièrement Washington expulse des diplomates. Moscou fait de même. La « nouvelle guerre froide » se caractérise aussi par l’utilisation des nouveaux outils de communication : Facebook et Twitter sont instrumentalisés par les services secrets comme outil de propagande ou de contre-propagande. Le « Russiagate », des accusations d'ingérences russes dans l'élection présidentielle américaine de 2016 en faveur de Donald Trump, souligne cette montée des tensions : le président Obama ordonne l'expulsion de 35 diplomates russes de l'ambassade à Washington et du consulat de San Francisco. En mars 2018, Donald Trump signe l'ordre d'expulsion de 60 diplomates russes accusés d'espionnage aux États-Unis, soit le plus massif de l'histoire entre les deux pays.

Parler de « nouvelle guerre froide » semble néanmoins abusif. La géopolitique du XXIe siècle n'est plus constituée de deux blocs bipolaires de puissance équivalente. La rivalité actuelle entre Washington et Moscou n'est plus idéologique, mais traduit la volonté de la Russie de défendre ses intérêts et son influence, face aux USA devenus hégémoniques.

 

Pour aller plus loin

Réalisateur : Maxime Chappet

Producteur : France Télévisions

Auteur : Julie Chansel

Production : 2018

Publié le - Mis à jour le 11-12-2018

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac