Grèce et Turquie, frères ennemis

 

 

Image Contenu

 

 

 

 

Pourquoi la Grèce et la Turquie ont-elles des relations tendues ?

Le président turc était en Grèce les 7 et 8 décembre 2017. Une visite historique dans les relations houleuses entre les deux voisins.

Une première depuis 65 ans

Recep Tayyip Erdogan, président de la Turquie, s’est déjà rendu en Grèce, mais il était 1er ministre. Le dernier président turc à s’être rendu en Grèce, c’était Celâl Bayar en 1952.

Pourquoi les deux voisins ont-ils eu si peu de relations ?

Depuis l’indépendance de la Grèce vis-à-vis de l’Empire ottoman (l’ancêtre de la Turquie moderne) en 1821, les deux pays se sont trouvés à quatre reprises en état de guerre.

  • 1897 : guerre gréco-turque
  • 1912-1913 : guerres balkaniques
  • 1915-1918 : 1re guerre mondiale
  • 1919-1922 : guerre gréco-turque

Les deux pays frôlent le conflit à nouveau en 1964, 1974 et 1996 alors même qu’ils sont tous les deux membres de l’Otan et donc alliés.

Les tensions entre les deux pays tournent autour de deux questions :

  • La question de leurs frontières, résultat de la disparition de l’Empire ottoman et du traité de Lausanne de 1923
  • La question du sort de Chypre

Erdogan a déclaré le 7 décembre 2017 au président grec : « Il faut une mise à jour, dans ce traité il y a des questions en suspens et des choses incompréhensibles, il a été signé il y a 94 ans. »

« Le traité n’est pas négociable, il n’a besoin ni de révision ni de mise à jour », a rétorqué fermement le président M. Pavlopoulos.

Le traité de Lausanne

Dernier traité de paix de la Première Guerre mondiale, le traité de Lausanne met fin aux multiples différends qui opposent les Turcs aux puissances alliées victorieuses.

À la fin de la guerre, le sort de l’Empire ottoman est scellé par le traité de Sèvres (1920), très défavorable à la nation vaincue. Mais les nationalistes dirigés par Mustapha Kemal refusent ce traité et combattent les forces occupantes (France, Italie, Grèce) et intérieures (le sultan et son entourage).

Le 20 novembre 1922, une conférence de paix débute à Lausanne en Suisse. Signé le 24 juillet 1923, il définit les frontières entre la Grèce et la Turquie, mais aussi à Chypre, en Syrie, Jordanie et d’autres pays au Moyen-Orient, anciennement sous la tutelle de l’Empire ottoman.

Que reproche Erdogan à ce traité de paix ?

Erdogan estime que des concessions inacceptables ont été faites à l’époque comme la souveraineté de certaines îles tout près des côtes turques qui ont été octroyées à la Grèce.

Mais ces îles ont-elles un intérêt particulier ?

Elles permettent à la Grèce d’étendre sa zone maritime sur la quasi-totalité de la mer Egée au détriment de la Turquie. Mais les critiques d’Erdogan, qui est un islamiste modéré, sont surtout destinées à affaiblir l’image de Mustapha Kemal, fondateur de la République laïque, auprès de sa propre population.

La question chypriote

L’île de Chypre est composée de deux communautés :

  • Chypriotes grecs
  • Chypriotes turcs

La question de l’indépendance, ou du rattachement à la Grèce commence à se poser après la 2e Guerre mondiale alors que l’île est administrée par les Britanniques depuis le traité de Lausanne.

1950 : premier référendum non reconnu par les Britanniques

1954 : La Grèce propose l’autodétermination de l’île à l’ONU

1959 : l’île devient indépendante sous condition : elle ne doit pas être rattachée à la Grèce ou à la Turquie. Mais les rivalités entre les communautés sont de plus en plus fortes (épuration ethnique).

1964 : 2 500 casques bleus sont envoyés pour s’interposer entre les communautés

1974 : coup d’État grec à Chypre pour rattacher l’île (militaires grecs et milices grecques chypriotes). Intervention turque qui occupe la partie nord de l’île. Le coup d’État et l’intervention turque vont provoquer la mort de 15 000 personnes.

Depuis 1974 la situation est figée. Deux républiques (grecque et turque) sont séparées par une zone tampon contrôlée par l’ONU. La ville de Nicosie est la seule capitale européenne à être partagée par deux États.

Si la situation de Chypre n’a pas été au cœur des échanges entre Erdogan et le chef du gouvernement grec Tsipras, d’autres sujets ont été abordés comme l’accord entre l’UE et la Turquie sur les migrants signé en 2016 ou encore la situation des minorités turques vivant dans l’Est de la Grèce.

 

Sources :

France 24, Grèce - Turquie : la visite d'Erdogan à Athènes peut-elle réconcilier les deux voisins ? 7 décembre 2017

To Ethnos (Courrier International), Visite historique d’Erdogan en Grèce, 7 décembre 2017

Wikipédia, Relations entre la Grèce et la Turquie

Wikipédia, Le traité de Lausanne

Libération, Athènes et Ankara veulent voir « le verre à moitié plein » malgré leurs différends, 7 décembre 2017

Les clés du Moyen-Orient, Traité de Lausanne, 7 juillet 2011

Wikipédia, La partition de Chypre

 

Contenu : Pierre Silvain
Graphisme : Grégory Rossi

en partenariat avec
Cfactuel

Retrouvez chaque semaine une infographie de notre partenaire cFactuel. cFactuel est un média qui décrypte chaque jour une info, sans parti pris, à travers infographie, vidéo ou quiz. Grâce à cFactuel, l'actu devient claire et captivante ! A retrouver sur le Web et application mobile.

Publié le - Mis à jour le 03-05-2019