La fierté ouvrière : le rôle des mineurs à la sortie de la 2e Guerre mondiale

Nous ouvriers

Chargement de la playlist en cours...

L'ouvrier en 1945, héros de la Résistance

Pour l'historien Xavier Vigna : « L'ouvrier en 1945, c'est le héros de la Résistance. Massivement, il est assimilé à une classe qui a résisté précocément à l'occupant, notamment parce que dès juin 1941, il y a eu une grève extrêmement importante dans les mines du nord qui à son apogée, a rassemblé environ 100 000 mineurs et qui a marqué cette résistance ouvrière et donc les ouvriers apparaissent au sortir de la guerre comme ceux qui ont résisté. J'aime bien citer le propos de François Mauriac qui est un écrivain catholique donc plutôt conservateur et qui dans son cahier noir dit : "Seule la classe ouvrière dans sa masse aura été fidèle à la France profanée." Et cette phrase est assez belle dans ce qu'elle cristallise des représentations de l'époque. » 

Le mineur, un homme libre 

Achille Blondeau, mineur : « Le mineur, un homme libre refusant de travailler pour les compagnies minières, ce qui conduit de suite à la nationalisation, est un homme respecté parce qu'on a besoin du charbon. »

Le nouveau statut du mineur

Virginie Debrabant, Centre historique minier de Lewarde : « On est en 1945, donc il y a eu les grèves d'août 44, la libération du bassin minier... Il y a eu cet appel de Maurice Thorrez en disant : arrêtez la grève, retournez au travail, il faut produire du charbon... Et sur les premiers mois de l'année 1945, plusieurs événements : la nationalisation des mines et il y a ce statut du mineur. Le mineur obtient un statut particulier qui va couvrir tous les aspects de sa vie professionnelle. »

Découvrez aussi le dossier : "Les 10 dates clés de l’histoire du travail"

Réalisateur : Claire Feinstein, Gilles Perez

Producteur : 13 Productions, France 3, Histoire

Auteur : Claire Feinstein, Gilles Perez

Production : 2016

Diffusion : 2016

Publié le - Mis à jour le 30-04-2019

Recommandations