Débarquement à Omaha Beach

6 juin 1944, la lumière de l'aube

Chargement de la playlist en cours...

Omaha Beach : comment s'y est déroulé le Débarquement ?

La plage d'Omaha, près du Cotentin, doit ouvrir le bal. Les Américains doivent s'en emparer pour ensuite faire la jonction avec leurs camarades d'Utah.

Les ratés du débarquement

Arrivés trop tôt ou trop tard sur les lieux, les bombardements aériens ont manqué leurs cibles. L'artillerie navale n'a pas fini. L'heure précoce du débarquement déterminée par la marée ne lui a pas laissé le temps de mener à bien le pilonnage prévu. Le gros de l'attaque échoue aux GI de la célèbre Big Red One, unité expérimentée. Ils leur ont adjoint le 116e bataillon composé de jeunes boys qui n'ont encore jamais connu l'épreuve du feu. Pour éviter les tirs ennemis, les barges ont été mises à l'eau trop loin des côtes, au milieu d'une mer agitée. Les hommes s'y entassent, chargés comme des mules. « Quand le bruit du premier éclat percute nos oreilles, on se jette à plat ventre dans les vomissures sans plus surveiller la côte qui s'approche », raconte Robert Capa, seul photographe présent ce jour-là. 

Les soldats dans une impasse

À peine sur la plage, les hommes sont cueillis par une défense allemande quasi intacte qui les tire comme des lapins. Le vent a fait monter la mer plus vite que prévu. Les vagues d'assauts suivants s'empalent sur les obstacles de Rommel, obligeant les hommes à débarquer sur une eau profonde. Incapables d'avancer, tous se regroupent au centre de la plage, réduits à envoyer le même message d'une effroyable concision : « Sommes cloués sur place par artillerie ennemie. » Crucifiés, plutôt, comme le montrent les rares clichés restants de Capa, tous les autres ayant été accidentellement détruits. 

Stopper l'offensive ou continuer ?

Un courant violent entraîne les embarcations. Les hommes se noient, entraînés par la force de leur matériel. La mer est rouge, comme Omaha la sanglante, où les hommes sont en perdition. Le commandement américain envisage de stopper l'offensive. Ce choix désespéré signifierait l'abandon des troupes déjà débarquées. Les morts et les blessés se comptent déjà par centaines. Leur sacrifice aurait été vain. L'arrêt des opérations laisserait également ouverte une énorme brèche sur la continuité du front allié. 

 

LE DÉBARQUEMENT VU DU CIEL : MIEUX COMPRENDRE LE D-DAY

Le 6 juin 1944, plus de 150 000 hommes débarquent sur les côtes normandes, de Sainte-Marie-du-Mont, à l’Ouest, à Ouistreham, à l’Est. Objectif : établir une solide tête de pont, point de départ indispensable à la libération de l’Europe du régime nazi. Découvrez depuis le ciel cette opération militaire exceptionnelle.

Réalisateur : Jean-Christophe Rosé

Producteur : Kuiv Productions

Publié le - Mis à jour le 07-06-2019

Recommandations