La Déclaration universelle des droits de l’homme

La grande explication

Chargement de la playlist en cours...

C'est quoi la Déclaration universelle des droits de l'homme ?

Le 10 décembre 1948, l’Assemblée générale de l’ONU, réunie à Paris au palais de Chaillot, adopte la Déclaration universelle des droits de l’homme. A travers ses 30 articles, le texte reconnaît notamment que tous les hommes naissent libres et égaux en dignité et en droits, sans distinction de race, de couleur, de sexe ou de toute autre situation. Il précise que nul ne sera tenu en esclavage ou ne sera soumis à la torture, que toute personne a le droit à l’éducation, à la santé, à la justice ou à la liberté d’expression et d’opinion… 

Dans quel contexte naît la Déclaration universelle des droits de l'homme ?

En 1948, la Seconde Guerre mondiale est finie depuis trois ans. Le procès de Nuremberg a reconnu les nazis coupables de crime contre l’humanité. L’ONU a été créée pour remplacer la Société des Nations et assurer le maintien de la paix et de la sécurité dans le monde. Les pays tentent de se reconstruire et les hommes essaient de recommencer à vivre. Mais le traumatisme est immense. L’horreur reste gravée dans les mémoires et l’enfer se reflète  encore dans les yeux des rescapés. Jamais, la valeur humaine n’avait été méprisée à ce point. Les Nations Unies veulent s’assurer que de telles atrocités ne pourront plus jamais se reproduire.

Depuis janvier 1947, une commission présidée par Eleanor Roosevelt travaille à la rédaction d’un texte qui s’inspire de la déclaration française de 1789. Son objectif : protéger et garantir les droits de tous les individus, partout dans le monde. Parmi les auteurs, originaires de 8 pays différents, le Français René Cassin est l’un de ses principaux artisans. Il insiste notamment pour que le texte soit qualifié d’universel - et non d’international - afin de transcender les intérêts des nations. Le 10 décembre 1948, il est présenté devant les Nations Unies et adoptée par 48 voix sur 56.

Tous les pays ont voté en faveur de la Déclaration universelle des droits de l'homme ?

Aucun pays ne se prononce contre la déclaration, mais ils sont huit à s’abstenir : 

  • l’Afrique du Sud, qui a instauré quelques mois plus tôt son régime d’apartheid,
  • l’Arabie Saoudite, en désaccord avec le principe de l’égalité hommes-femmes,
  • et les pays de l’URSS qui refusent l’universalisme défendu par les démocraties occidentales en contradiction avec l’idéologie marxiste.

Mais derrière le refus de l’URSS se cache des tensions de plus en plus vives dans un monde devenu bipolaire. La toute nouvelle ONU qui devait maintenir la paix est tenue en échec : deux superpuissances hostiles se font face dans un conflit d’un genre nouveau : c’est la guerre froide. Dans ce nouvel équilibre de la terreur, l’ONU est très vite paralysée par la politique de la chaise vide de l’URSS et l’on espère que cette Déclaration universelle empêchera les nations de basculer à nouveau dans la violence. 

Que se passe-t-il quand la Déclaration universelle des droits de l'homme n’est pas respectée ?

Si la Déclaration universelle des droits de l’homme a une immense portée symbolique, elle n’a cependant aucune valeur juridique. Elle est ainsi définie comme « un idéal à atteindre par tous les peules et toutes les nations ». La Déclaration universelle des droits de l’homme a ensuite été complétée et renforcée par la signature de nombreuses conventions : pour veiller à son application, la plupart de pays l’ont inscrite dans leur lois nationales. Mais certains gouvernements ont continué d’adopter des lois en contradiction avec les principes défendus par cette déclaration. Des millions de personnes subissent encore quotidiennement des discriminations et leurs libertés fondamentales continuent d’être bafouées

 

Découvrez tous les épisodes de La Grande Explication.

Réalisateur : Flore-Anne d'Arcimoles

Producteur : INA, France Télévisions, RTS

Auteur : Flore-Anne d'Arcimoles

Production : 2018

Publié le - Mis à jour le 23-07-2019

Recommandations