La Prohibition et l'émigration des Américains vers le Paris des années folles

Paris, années folles

Chargement de la playlist en cours...

Aux États-Unis on regarde avec envie le souffle de liberté des années folles de Paris. Car la prospérité des années 1920 s’est accompagnée d’un puissant courant de moralisation. La vente d’alcool est interdite ; c’est le début de la Prohibition qui frappe l’ensemble du pays et fait basculer la fête dans la clandestinité.

Tournant le dos à un pays puritain, les Américains vont débarquer massivement dans le Paris des années folles, avec dans leur bagages, des rêves et des dollars. Ces Américains sont jeunes, il y a parmi eux des écrivains, des artistes, des compositeurs, et quelques héritiers venus jouer les mécènes et les collectionneurs. Ils ont tous soif de liberté, de musique, de danse et de fête.

Ils savent qu’avec une poignée de dollars, ils seront les rois. Ils vont adorer Paris.

Au Havre ou à Cherbourg on accueille jusqu’à 7 paquebots par jour. Les Américains deviennent alors la plus importante communauté expatriée du Paris des années folles.

Le Paris des Américains c’est celui de Maurice Chevalier. De cafés concerts en cabarets, « Momo » s’est construit un personnage unique. Le canotier de travers, une gouaille irrésistible et des déhanchements swing de boxeur amateur qui ont fait de lui l’archétype du Titi parisien. Ce Paris c’est aussi celui que chante Mistinguett.  

Réalisateur : Fabien Beziat

Producteur : Program 33

Production : 2012

Publié le - Mis à jour le 15-01-2019

Recommandations