Chargement de la playlist en cours...

L'entraînement sportif des Jeunesses hitlériennes

1933 : la crise économique porte Hitler au pouvoir. Le nouveau chancelier veut mettre au pas la jeunesse allemande.

« Pour être bien vus par ses camarades, il fallait être bons en sport. Les performances scolaires n'avaient pas d'importance. »

« Ça commençait tôt le matin avec du sport : pompes, flexion des genoux... C'était vraiment comme chez les soldats, une préparation très militaire. »

Une pression de performance

En 1936, le régime nazi donne le monopole des activités sportives à la Hitlerjugend. La jeunesse allemande ne doit montrer ni peur ni faiblesse. 

« Le fait d'être prêt au combat, d'être fort, viril, c'était évidemment très présent. Par exemple, un garçon ne pleure pas. C'était très dur. »

« Ceux qui, comme moi, étaient des athlètes, faisaient tout ça très facilement. Mais les autres en souffraient. Non seulement ils n'étaient pas bien considérés mais ils recevaient des brimades. La responsable des Jeunesses hitlériennes les prenaient à partie et les martyrisait, littéralement. Il est aussi arrivé qu'ils se fassent frapper. »

En 1938, Hitler annexe l'Autriche à l'Allemagne. La guerre est proche. Le chancelier allemand a besoin des Hitlerjungen, les futurs soldats de la Wehrmacht. Il déclare : « À mes yeux, le jeune Allemand doit être mince et élancé, agile comme un lévrier, résistant comme le cuir et dur comme l'acier de Krupp. »

« J'avais constaté que, certes, j'étais rapide comme un lévrier, j'étais ailier gauche au foot, donc très agile. Mais je n'étais ni dur comme l'acier des usines Krupp, ni résistant comme du cuir. D'ailleurs, j'étais certain que je ne le serai jamais. »

Une jeunesse athlétique, vitrine du régime

« Nous étions des êtres supérieurs. On nous disait que le reste était des sous-hommes. Et on l'a cru. »

En mai 1940, les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et la France sont envahis.

« Nous étions tous d'avis que ces sous-hommes qui voulaient nous mettre sous leur joug devaient être vaincus. C'est ce qu'il fallait faire, et on nous y avait préparé dès l'école. Là, c'était l'apogée. Nous pouvions enfn nous affirmer en tant qu'Allemands. »

« Les hommes doivent être durs pour aller à la guerre. Le système était comme ça. C'était un système criminel. »


C’est en 1932, dans un stade bondé, où plus de 50 000 jeunes sont venus l’accueillir, que Hitler comprend que les jeunes sont devenus l’avenir de son mouvement et l'incarnation de l'Allemagne dont il rêve. Découvrez l'histoire des Jeunesses hitlériennes.

Réalisateur : David Korn-Brzoza

Producteur : ZED; France Télévisions

Auteur : David Korn-Brzoza

Production : 2017

Publié le - Mis à jour le 06-06-2019

Recommandations