Le journal de l'année 1989 dans les pays de l'Est

L'année 1989 est l'année décisive pour la fin du système communiste. Alors que, depuis 1917, la référence reste Moscou et l'URSS, la tenue d'élections libres en URSS en mai 1989 montre que le communisme n'est pas « un voyage sans retour » et qu'il est possible de changer. Elles provoquent une onde de choc dans tous les pays communistes et une gigantesque aspiration au changement qui se manifeste notamment par un accueil triomphal de Gorbatchev. Le nouveau dirigeant manifeste sa défiance vis-à-vis de l'organisation politique et économique en place, libérant ainsi la parole et les énergies.

L'année 1989 : « L'histoire est sortie de ses gonds » (Gorbatchev)

1989 apparaît a posteriori comme l'année clé de la fin du XXe siècle. La chute du mur liquide les séquelles de la Seconde Guerre mondiale et annonce la mort prochaine de l'URSS et du communisme. Alors que s'écroulent les régimes communistes d'Europe les uns après les autres, au Kosovo, un certain Milosevic fait un discours retentissant devant une foule de Serbes en délire... De nouvelles guerres se préparent cette année-là, qui vont opposer des ethnies et des religions les unes aux autres.

  • 19 janvier : en Tchécoslovaquie, manifestation commémorant la mémoire de Jan Palach, étudiant qui s'est immolé par le feu en 1969 pour protester contre l'invasion de son pays par l'Union soviétique en août 1968.
  • 6 février : Chris Gueffroy, avant-dernière victime du mur de Berlin.
  • 11 février : le Parti communiste hongrois autorise le multipartisme.
  • 15 février : fin du retrait soviétique d'Afghanistan.
  • 20 février : 1 300 mineurs des mines de Trepca au Kosovo (Yougoslavie) font une grève de la faim à 800 m de profondeur.
  • 26 mars : premières élections libres en Union soviétique et première élection nationale depuis 1917 (90% de participations).
  • 5 avril : réformes institutionnelles et syndicales en Pologne : signature des accords dits de la « table ronde » entre le pouvoir communiste et Solidarnosc.
  • Entre le 15 avril et le 4 juin : manifestations sur la place Tian'anmen à Pékin.
  • 2 mai : le gouvernement hongrois de Miklós Németh décide de démanteler le rideau de fer entre la Hongrie et l'Autriche.
  • 12 mai : le président George Bush demande au gouvernement soviétique de « déchirer le rideau de fer ».
  • 4 juin : élections législatives libres en Pologne : victoire de Solidarnosc.
  • À partir de juin : autorisation des laissez-passer multiples qui permettent aux Allemands de l'Ouest de rendre visite à leur famille. Ordre de cesser de tirer sur les fugitifs qui veulent franchir le « rideau de fer ». Les citoyens de RDA qui veulent quitter le pays se réfugient à la mission de la RFA à Berlin-Est ou dans les ambassades ouest-allemandes à Budapest, Varsovie et Prague, qui sont bientôt pleines.
  • 1er juillet : première Love Parade à Berlin-Ouest.
  • 13 août : 28e anniversaire de la construction du mur de Berlin. La RFA doit fermer son ambassade hongroise occupée par près de 200 Allemands de l'Est. Situation identique à Vienne, Berlin-Est, Prague et Varsovie, toutes submergées par des réfugiés.
  • 16 août : la Hongrie prend unilatéralement la décision d'ouvrir sa frontière avec l'Autriche, mesure rendue définitive le 10 septembre.
  • Août-septembre : début de l'exode massif de réfugiés allemands de l'Est par la Hongrie et la Tchécoslovaquie.
  • 13 septembre : ouverture des frontières entre l'Autriche et la Hongrie, l'exode des Allemands de l'Est devient massif.
  • 3 octobre : la RDA ferme sa frontière avec la Tchécoslovaquie pour endiguer les mouvements de populations. Privés de possibilités de sortie, les Allemands de l'Est se mobilisent en masse, affrontent la police à Berlin, à Leipzig et à Dresde.
  • 7 octobre : dernière grande manifestation populaire du régime communiste d'Allemagne de l'Est, à l'occasion du 40e anniversaire de la RDA.
  • 18 octobre : Erich Honecker, secrétaire général du Parti communiste et chancelier de RDA, quitte le pouvoir. Egon Krenz lui succède et prononce pour la première fois le terme wende, qui signifie « changement ».
  • 28 octobre : début de la « révolution de velours » en Tchécoslovaquie.
  • 4 novembre : gigantesques manifestations à Berlin-Est et dans toute la RDA.
  • 9 novembre : chute du mur de Berlin, marquant la fin symbolique de la guerre froide. Egon Krenz doit se résoudre à ouvrir ses portes à l'Ouest.
  • 10 novembre : démission du dictateur Todor Jivkov au pouvoir depuis 1954 en Bulgarie.
  • 25 novembre : renversement du régime communiste en Tchécoslovaquie.
  • 28 novembre : Helmut Kohl présente un plan de réunification de l'Allemagne.
  • 3 décembre : sommet au large des côtes de Malte entre Gorbatchev et Bush.
  • 16 décembre : début de la révolution roumaine. Manifestations à Timisoara,  en Transylvanie, contre l’arrestation du pasteur László Tökés.
  • 21 décembre : Nicolae Ceausescu est hué à Bucarest par le peuple pendant son discours public contre les émeutes de Timisoara. Déclenchement de la révolution à Bucarest.
  • 22 décembre : chute du régime communiste en Roumanie. Nicolae Ceausescu tente de fuir Bucarest avec sa femme Elena. Ils sont capturés plus tard, ce même jour, à quelques dizaines de kilomètres de Bucarest.
  • 25 décembre : le dictateur Nicolae Ceausescu et son épouse Elena, sont exécutés, fusillés à la suite d'un procès expéditif.
  • 29 décembre : Vaclav Havel est élu président de la République en Tchécoslovaquie.
  • Avril 1990 : en Slovénie et en Croatie, les partis d'opposition sont légalisés et remportent les élections.
  • À partir de l'été 1990 : les anciennes démocraties populaires sont au bord de l'effondrement économique. Elles arrivent à une impasse où se cumulent les pénuries, l'inflation et le chômage.
Publié le - Mis à jour le 04-10-2019

Recommandations