L'opération Madagascar

Chasser des millions de civils, oui, mais où ? Eichmann et ses adjoints ont quelques idées…


Expulser les Juifs hors d’Europe au motif qu’ils constitueraient une présence étrangère et inassimilable, voire dangereuse, est une vieille idée des antisémites européens. Dans les années 1930, le gouvernement polonais demande ainsi à des experts d’étudier un tel projet. Les nazis reprennent donc des réflexions déjà anciennes quand, après l’Anschluss (la proclamation par ces derniers du rattachement de l’Autriche à l’Allemagne le 15 mars 1938) et l’annexion des Sudètes (octobre 1938), ils voient arriver dans le Reich ainsi agrandi un nombre de Juifs supérieur à ceux qui ont émigré d’Allemagne depuis 1933 (200 000). Pour faire face à cette croissance démographique, les nazis durcissent leur politique antisémite avec l’ambition de forcer les Juifs au départ : Nuit de cristal (le 9 novembre 1938), amendes infligées à la communauté israëlite, incarcération de 30 000 personnes dans des camps de concentration…

Ils commencent également à élaborer des plans de déportation massive. C’est en août 1940 que le responsable des Affaires juives au sein de la SS, Adolf Eichmann, livre son « plan Madagascar » : l’île de l’océan Indien, sous tutelle allemande depuis la défaite de la France, est choisie comme lieu de déportation des Juifs d’Europe. Ils seront ainsi transportés loin et tenus sous bonne garde. Mais la résistance de l’Angleterre et la puissance de la Royal Navy rendent la maîtrise des mers impossible pour l’Allemagne. Le projet est abandonné, et les Juifs européens sont désormais bel et bien pris au piège du Reich.

L’auteur

Image Contenu

Johann Chapoutot, historien

Professeur à la Sorbonne, Johann Chapoutot est un grand spécialiste de l'idéologie nazie.

Extrait du no 818 du magazine Historia.

 

En partenariat avec Historiahistoria







Le passé éclaire le présent.

Publié le - Mis à jour le 04-03-2019

Recommandations