L’économie exsangue du bloc soviétique à partir des années 1980

Image Contenu

Leningrad, la perspective Nevski de nuit dans les années 1980. Photo : DR.

Dans les années 1980, l’URSS doit faire face à des dépenses militaires importantes et son système économique basé sur l’industrie lourde est incapable de répondre aux défis posés par le développement de l’informatique. Face aux nouvelles technologies, l’économie soviétique fait du sur-place ou régresse.

L’URSS devient incapable d’aider d’autres pays et de garantir un niveau de vie minimum à sa population. La queue devant les magasins pour obtenir un produit, de la nourriture devient le symbole du système. Une telle situation rend obligatoire des réformes. Mais, celles-ci arrivent trop tard alors que la population est pressée de voir sa situation s’améliorer et veut bénéficier de nouvelles libertés.

La crise économique des systèmes communistes se développe et prend plusieurs formes : inflation galopante sans aucun moyen de la contrer, pénurie alimentaire persistant dans la distribution, sous-qualification et travail clandestin, absence d'investissement et insuffisance des salaires, etc. La société s'avère bloquée, aucune mobilité n'est possible et « les lendemains qui chantent » s'éloignent de jour en jour avec l'appauvrissement général de la population. Industriellement, le système soviétique est incapable de proposer d'autres formes de développement que l'augmentation de la masse salariale ou de la durée du travail. Il n'y a donc aucun gain de productivité. Le principe collectiviste, production de masse et consommation de masse, avoue ses limites et subit également des effets de cycle sans entrevoir aucune alternative.

La croissance des échanges et des infrastructures de transport qui se produit à l'Ouest est quasiment absente à l'Est, obligeant les économies à fonctionner en vase clos, alors que la demande intérieure est totalement insuffisante.
Enfin, la crise économique, commencée à l'Ouest par l'augmentation des prix du pétrole, ne se limite pas aux pays de l'OTAN. Il s'agit d'une crise de croissance du modèle capitaliste certes, surexploitée par la propagande communiste, mais qui touche aussi les économies du monde soviétique.

Peu à peu, les habitants réclament partout des réformes, y compris dans les cercles du pouvoir.

En 1985, gorbatchev devient le responsable de l'Union soviétique pour réaliser des réformes politiques et économiques. Il lance la glastnost (transparence), et la péréstroïka (réforme), mais il est trop tard pour sauver un régime exsangue.

Publié le - Mis à jour le 19-04-2018

Recommandations