De Gaulle et le référendum

Le référendum constitue, pour le Général de Gaulle, un mode privilégié de l'expression de la volonté politique. Il fait partie de ses idées constitutionnelles majeures. De Gaulle prend soin de préciser que le résultat du référendum a pour effet d'exprimer la décision de la Nation. Il prend également soin de souligner le caractère républicain du référendum.

En 1945, l'abrogation des lois constitutionnelles ou l'instauration de la IVe République se fait par référendum ; en 1958, la constitution de la Ve République est approuvée de la même manière, et la même procédure sert à dénouer le grave problème algérien.

Le Général de Gaulle se retire après l'échec du référendum du 27 avril 1969. En somme, 25 années d'histoire constitutionnelle sont placées sous le même drapeau référendaire.

Charles de Gaulle - Conférence de presse à Londres - 25 mai 1942
« La démocratie se confond exactement, pour moi, avec la souveraineté nationale. La démocratie c'est le gouvernement du peuple par le peuple, et la souveraineté nationale, c'est le peuple exerçant sa souveraineté sans entrave »
 

Référendum du 28 septembre 1958 - Constitution de la Ve République

Charles de Gaulle - Mémoires d'espoir - Tome 2, L'effort - Plon, 1971.
« C'est un principe de base de la Ve République et de ma propre doctrine que le peuple français doit trancher lui-même dans ce qui est essentiel à son destin. »

 

Référendum du 28 octobre 1962 - Election du Président de la République sur le suffrage universel

Charles de Gaulle - Mémoires d'espoir - Tome 2, L'effort - Plon, 1971.
« Le référendum, enfin, institué comme le premier et le dernier acte de l'œuvre constitutionnelle m'offrirait la possibilité de saisir le peuple français et procurerait à celui-ci la faculté de me donner raison, ou tort, sur un sujet dont son destin allait dépendre pendant des générations. »

Charles de Gaulle - Allocution radiodiffusée et télévisée prononcée au Palais de l'Elysée, le 20 septembre, 1962.
« Le Président de la République sera dorénavant élu au suffrage universel. Sur ce sujet, qui touche tous les Français, par quelle voie convient-il que le pays exprime sa décision ? Je réponds : par la plus démocratique, la voie du référendum. C'est aussi la plus justifiée, car la souveraineté nationale appartient au peuple et elle lui appartient évidemment, d'abord, dans le domaine constituant. D'ailleurs, c'est du vote de tous les citoyens qu'a procédé directement notre actuelle Constitution. Au demeurant, celle-ci spécifie que le peuple exerce sa souveraineté, soit par représentants, soit par le référendum. »

Publié le - Mis à jour le 16-05-2018

Recommandations