Les acteurs de la justice

La police judiciaire

Image Contenu

La police judiciaire a pour mission de mettre les auteurs d'infractions de gravité diverses (les vols sont les infractions les plus courantes) à la disposition de la justice et de mener l'enquête à la demande et sous le contrôle des magistrats du parquet.

Pour les besoins d'une enquête, une personne peut être mise en garde à vue par un officier de police judiciaire de la gendarmerie ou de la police. Ces officiers sont des policiers ou des gendarmes (gens d'armes : soldats qui assuraient la police au Moyen Age) qui sont autorisés à poursuivre et arrêter les auteurs d'infractions, sous l'autorité du parquet. La garde à vue est la retenue d'une personne dans un commissariat ou une gendarmerie.

Elle peut durer 24 heures et le procureur de la république doit en être informé. Il peut autoriser la prolongation de la garde à vue pour un nouveau délai de 24 heures maximum. La personne gardée à vue dispose de droits comme le droit de se taire, le droit de faire prévenir sa famille ou de s'entretenir avec un avocat au début de la garde à vue. Pour certaines infractions (terrorisme, trafic de stupéfiants), la garde à vue peut durer au total 4 jours.

A la fin de cette première enquête, le dossier de l'accusé est transmis au juge. Celui-ci interroge l'accusé et peut engager une procédure judiciaire. C'est un juge spécifique, le juge des libertés et de la détention, qui décide du placement de l'accusé en prison en attendant le procès : c'est la détention provisoire.

Pour mener à bien sa mission, la police judiciaire dispose de nombreux pouvoirs. Le policier veille à user de ces pouvoirs conformément à la déontologie : probité, impartialité, secret professionnel, respect de la dignité. Les constatations des policiers étant déterminantes pour la décision de justice, l'enquête doit être effectuée dans le total respect des droits de chacun.

Quelques métiers de la justice

On a coutume de distinguer deux catégories de magistrats :

  • Les magistrats du siège ou les « juges » : les magistrats du siège sont les magistrats assis pendant l'audience. Lors des procès, ils conduisent les débats du tribunal et de la cour. Ils tranchent les conflits et jugent les personnes soupçonnées d’une infraction, en toute indépendance et impartialité. Le juge, qu’il soit Premier président de la Cour de cassation, juge du TGI ou plus spécialisé (juge des enfants, d’instruction, aux affaires familiales…), rend des décisions de justice conformes au droit, au nom du peuple français. Garant du bon déroulement des procès, il tranche les conflits d’ordre civil et sanctionne les auteurs d’infractions pénales, tout en veillant aux intérêts des victimes et de la société.
  • Les magistrats du parquet : ce sont les magistrats debout. Il s'agit du procureur de la République et de ses substituts (auprès des TGI), du procureur général et des avocats généraux (auprès de la cour d'appel). Le parquet reçoit la plainte et doit diriger la poursuite pénale en collaboration avec les officiers de police judiciaire. Ils assistent aux audiences et, dans leur réquisitoire, demandent l’application de la loi. Ils représentent les intérêts de la société.

Les avocats

Un avocat est un auxiliaire de justice (comme un avoué, un huissier de justice, un assistant de justice). C'est une profession libérale. Ce sont des spécialistes du droit. Certains se consacrent au droit pénal, au droit civil, au droit international… Ils sont chargés de défendre, de conseiller et de représenter leur client. Ils plaident debout devant le juge pendant l'audience. L'avocat est inscrit à un barreau établi auprès de chaque TGI. Les avocats ne sont pas des fonctionnaires. Ils ont pour rôle de conseiller et de défendre leur client pendant un procès. Ils sont payés par les justiciables.

Publié le - Mis à jour le 21-06-2016

Recommandations