Portraits de femmes « bâtisseuses »

Des témoignages féminins : les portraits de femmes qui suivent sont extraits de l'exposition « Femmes bâtisseuses d'avenir » réalisée par Aide et Action pour illustrer par des témoignages féminins des quatre coins du monde la problématique de l'éducation des femmes et des filles.

 

aide et action a également publié le livre elle change le monde..., co-édité avec un, deux...quatre editions, qui propose trente portraits de femmes luttant, en afrique, en europe, en asie et dans les caraïbes, pour la promotion et la défense du droit à l'éducation des filles.

 

 

Martine (Burkina Faso) : l’éducation garante de justice

Image Contenu
© Aide et Action

C’est grâce à l’union des Groupements Féminins que Martine a pu s’alphabétiser en Lyelé.
À son tour, elle anime un cercle d’échange où le dialogue repose sur le Code des Femmes et de la Famille, un document qui a alors été traduit en Lyelé, grâce à l’appui financier d’Aide et Action. Martine informe les femmes, qui prennent ainsi conscience de leurs droits; elles apprennent notamment que leur mari ne peut ni faire preuve de violence physique à leur égard, ni les répudier.

Au Burkina Faso, 35% des filles sont inscrites à l’école primaire ; elles ne sont plus que 8% en secondaire. Le taux d’alphabétisation des femmes demeure très bas : environ 9%. Joseph Paré, ministre de l’éducation secondaire et supérieure et de la recherche scientifique du Burkina Faso, déclare : « Lorsque les familles décident de l’éducation de leurs enfants, elles choisissent en premier les garçons. (…) Nous devons développer nos propres politiques publiques pour promouvoir l’éducation des filles, et servir d’exemple pour les autres pays ».

Ana (République dominicaine) : transmettre son savoir

Image Contenu
© Aide et Action

Ana vit à Saint-Domingue. Passionnée par le travail avec les enfants, elle est institutrice et éducatrice. Il lui a fallu beaucoup de persévérance pour en arriver là. C’est un orgueil pour elle de voir le fruit de son travail, quand un de ses élèves réussit dans la vie professionnelle. Si les filles sont nombreuses dans ses classes, nombre d’entre elles abandonnent leurs études pour se marier. Ana pense qu’elles doivent apprendre à se valoriser en tant que femmes et lutter pour obtenir ce qu’elles veulent.

En République Dominicaine, le taux de scolarisation primaire est plus élevé chez les filles que chez les garçons (respectivement 87% et 84%). Chez les 14/17 ans, la différence est encore plus marquée : 40% des filles sont scolarisées, contre seulement 29% des garçons.
En revanche, cette tendance ne se retrouve pas sur le marché du travail où le taux de chômage des femmes atteint 26,6%, alors qu’il est de 9% pour les hommes.

Adama (Sénégal) : un retour mérité

Image Contenu
© Aide et Action

Adama Baldé vit dans la région de Kolda, au Sénégal. Sa mère s’est opposée à son mariage lorsqu’elle avait 12 ans, et Adama a alors choisi d’aller à l’école. Quatre ans plus tard, elle maîtrisait à l’écrit comme à l’oral le poular (dialecte sénégalais) et le français. Seule femme alphabétisée de son village, elle a pu suivre une formation d’un an à la maternité de Kolda. Aujourd’hui, elle informe et sensibilise les femmes, les assiste durant leurs accouchements. Lorsque le village sera pourvu en équipements de santé, son rôle évoluera, lui permettant d’atteindre son but : vivre de son travail.

Dans la région de Kolda, moins d’une femme sur trois sait lire et écrire (contre 51% des hommes dans l’ensemble du Sénégal) et les fi lles se marient régulièrement l’âge de 12 ou 13 ans. Présente au Sénégal depuis 1988, l’association a fait de la scolarisation des filles une de ses priorités dans le département de Kolda, avec des résultats probants ; en 1996 le taux de fi lles accédant à l’éducation était estimé à 16%. Aujourd’hui, selon les statistiques nationales, la quasi-totalité des fillettes du département seraient inscrites.

Mariama (Niger) : la force de la persévérance

Image Contenu
© Aide et Action

Mariama Adamou vit au Niger, elle a quitté l’école en CM2, mais sait lire et écrire.
Elle a bénéficié du soutien d’une marraine qui l’a encouragée dans ses combats. Mariama a appris la couture et la broderie, et vend les draps qu’elle confectionne. Mariée et mère d’une petite fille, elle économise pour s’acheter une machine à coudre et apprendre d’autres techniques. Selon elle, il ne peut y avoir de dignité sans autonomie.

Au Niger, 63% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté absolue ; 2/3 sont des femmes. Souvent mariées avant l’âge de 15 ans, souffrant en grande majorité d’analphabétisme, beaucoup de Nigériennes sont économiquement et socialement dépendantes de leur mari. Seule une fillette sur cinq fréquente l’école primaire ; ce rapport est encore plus faible en zone rurale où elles sont contraintes de jouer un rôle économique dès leur plus jeune âge. Depuis 1988, Aide et Action a permis la scolarisation de plus de 170 000 enfants et la création de 1572 écoles.

Gowramma (Inde) : l’indépendance en héritage

Image Contenu
© Aide et Action

Gowramma a 29 ans, elle enseigne l’anglais à l’école primaire de son village, où la plupart des filles sont mariées dès l’âge de 13 ans. Interne durant sa jeunesse, elle ressent une profonde gratitude envers ses parrains qui l’ont inlassablement soutenue et motivée. Son credo : une fille scolarisée sera une mère éduquée, ce qui changera la situation de toute la famille. Gowramma prend son métier très à cœur car elle est consciente des valeurs que son rôle d’enseignante lui permet d’inculquer : l’éducation est source d’indépendance – ce dont les femmes ont tant besoin...

Le district d’Anantapur en Inde du Sud est pauvre en ressources naturelles et cette région semi-aride est propice à de fréquentes sécheresses. Ses habitants souffrent d’anémie, de malnutrition, et de tuberculose. 54% de la population est au chômage. Région faiblement développée, la discrimination entre les sexes y reste forte et seules 44% des femmes sont alphabétisées, ce qui pénalise en retour les chances de développement du district.

Durgambal (Inde) : un espoir légitime

Image Contenu
© Aide et Action

Durgambal a 20 ans ; elle a dû interrompre ses études après le lycée pour travailler, sa famille étant dans le besoin. Elle souhaitait étudier l’informatique, mais n’en avait pas les moyens, puis elle a appris l’existence d’iLEAD : institut pour le développement et l’éducation à la vie active. Elle y a suivi une formation qui lui a permis de prendre confiance en elle et de s’épanouir. Aujourd’hui, elle est salariée d’une entreprise informatique et poursuit ses rêves : devenir fonctionnaire et gagner suffisamment d’argent pour que sa mère cesse de travailler.

Au cours des 15 dernières années, l’Inde s’est fortement développée sur le plan économique. Mais, confi nées aux tâches ménagères, les femmes restent les grandes exclues, notamment en terme d’emploi qualifié. Conçu avec les employeurs locaux, le programme iLEAD dispense des formations professionnelles aux jeunes qui n’ont pu poursuivre leurs études. L’objectif est ambitieux et concret : assurer des revenus stables à plus de 100 000 familles dans la région d’ici 2008 !

Nhem (Cambodge) : l’amour des livres à partager

Image Contenu
© Aide et Action

Nhem Sothea a grandi sous le régime des Khmers Rouges, responsables de la mort de son père. Séparée de sa mère durant quatre ans, elle a connu la faim, la peur et la solitude.
Jusqu’en 1993, elle était femme de ménage. Aujourd’hui, elle est bibliothécaire, circule en Bibliobus et a pu satisfaire son amour des livres. Elle lit des contes à des dizaines d’enfants à qui elle communique son goût pour la lecture. Au-delà de ce plaisir, elle leur transmet sa conviction : étudier est une chance, il faut en profiter !

Au Cambodge, 30 ans après le génocide khmer rouge, et malgré les efforts du gouvernement au cours des dernières années, l’offre éducative reste inadaptée. 550 000 jeunes adultes sont analphabètes ; 2/3 d’entre eux sont des femmes. Plus les familles sont pauvres, moins les filles ont accès à l’éducation. Même scolarisées, elles quittent l’école plus tôt : elles ne représentent déjà plus que 37 % des élèves à l’entrée du collège. Depuis 2002, Aide et Action se bat pour que ces inégalités disparaissent ; ses programmes ont déjà touché plus de 100 000 enfants.

Publié le - Mis à jour le 27-04-2016

Recommandations