Une Journée des migrants pour réfléchir sur l'accueil fait aux étrangers

En 2000, les Nations unies ont décidé que chaque 18 décembre serait consacré à la protection des droits de toutes les personnes qui vivent hors de leur pays : on les appelle des migrants.
 

Image Contenu

Le document donné aux Français naturalisés lors d'une cérémonie officielle, à Tours, le 21 mars 2012. (ALAIN JOCARD / AFP)


C’est pour des raisons économiques, politiques ou religieuses, pour fuir les violences d’un conflit, une catastrophe naturelle ou la pauvreté, que des personnes quittent volontairement leur pays pour un autre. Selon les Nations unies, elles sont plus de 258 millions à vivre ainsi loin de chez elles. Les pays « riches » attirent beaucoup lesmigrants, car ils sont pour eux comme une seconde chance. Ils pensent qu’un pays qui a les moyens pourra les aider à mieux s’en sortir, mais ce n’est pas toujours le cas… La Journée internationale des migrants donne l’occasion de réfléchir sur l’accueil que l’on fait aux étrangers.

Libres et égaux »… oui, mais !

« Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience, et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité », dit la Déclaration universelle des droits de l’homme (1948). Une idée belle et généreuse, mais qui, dans la réalité, a du mal à être appliquée. Lorsqu’un migrant cherche à s’installer durablement dans un pays, certains citoyens du pays n’apprécient pas beaucoup le fait. L’étranger qui ne maîtrise pas bien la langue, qui pratique une autre religion, vivant et s’habillant différemment, est vite perçu comme un poids, une charge, pour la société.

Respect pour l’étranger

Les Nations unies rappellent que les migrants restent une population plus vulnérable que les autres. Pour cette organisation internationale, il est donc important que les nations accueillantes travaillent sur une meilleure intégration des migrants et éduque sa population au droit au respect pour l’étranger, souvent victime de discrimination

Myriam Rembaut

Publié le - Mis à jour le 06-05-2019

Recommandations