100 ans de charte du journalisme

France Télévisions et RetroNews, le site de presse de la BnF, reviennent sur l'histoire de la charte de déontologie du journaliste.

Les questions posées au journalisme sont aussi incessantes que multiples. L’apparition puis la consécration du Web ont bousculé le monde de l’information. Dans le même temps, la courbe de la confiance accordée aux médias peut connaître des embellies, mais elle demeure problématique, fragile. Une crise est bel et bien là avec ses développements parfois souriants, souvent dommageables, toujours plus passionnants. De fait, voici le journalisme renvoyé à lui-même, intensivement interrogé.

Ce n’est pas une première. En 1897, Henry Bérenger, l’un des rédacteurs de la Revue bleue, écrivait ces quelques mots qui font encore écho : « Il y a une crise de l’école, il y a une crise du Parlement. Il y a une crise de la presse… Elle contraint tous les intellectuels à réfléchir sur les conditions faites au journalisme contemporain, et sur les moyens de l’améliorer… »

Fausses nouvelles, scandales financiers, sensationnalisme… Sous la IIIe République, la presse naissante fut sommée de s’expliquer sur « ses responsabilités ». La confiance s’effritait déjà. Après le « bourrage de crâne » de la Grande Guerre dénoncé par Albert Londres, l’une des premières chartes éthiques au monde a été rédigée en 1918 par le tout récent Syndicat National des Journalistes.

Découvrez cette histoire en 12 tableaux dans un pdf !

Image contenu

 

Publié le - Mis à jour le 15-03-2019

Recommandations