Cadrage et point de vue

La collab' de l'info

Chargement de la playlist en cours...

Comment lire les images sur internet ?

- Je suis Karim Rissouli, je présente “C politique” sur France 5.

- Je suis Maud Bettina Marie, je suis comédienne et scénariste et j’ai deux chaînes Youtube, une qui s’appelle comme moi et une autre qui s’appelle "Parlons peu, mais parlons" !

- Eh bien parlons alors, et parlons cadrage. Quand on prend une photo ou qu’on réalise une vidéo, le cadrage a avant tout une vocation esthétique : on définit les limites de l’image en fonction de ce qui est joli à voir.

- Par exemple :  Très bien ! Pas bien !

- Autre exemple : si je prends cette photo du Taj Mahal, le palais de la couronne, en Inde, le monument est bien mis en valeur, c’est très beau. Sur cette deuxième photo, on a changé le cadrage, on s’est mis beaucoup plus loin, et on voit autour du bâtiment un environnement moins...

- Ouais, moins glamour. Mais là c'est pas qu’une question esthétique. Chaque image véhicule un message, elle dit quelque chose au sujet du Taj Mahal. La première, avec sa belle symétrie, ses fleurs éclatantes en premier plan, dit en gros : “Le Taj Mahal est un magnifique monument”. 

- Et c’est parfaitement vrai.

- Et la deuxième, avec son cadre très large et son contraste de couleurs, dit plutôt : “Ouais Le Taj Mahal est un beau bâtiment perdu au milieu d’un paysage pas très enchanteur.”

- Et c’est parfaitement vrai. C’est ça le plus important : les deux images sont valables, il n’y en a pas une qui est plus vraie que l’autre. Une photo, ou un film, ou un dessin, ou même un jeu vidéo, ce n’est pas la réalité. C’est une représentation. Regardez cette photo, qui a beaucoup circulé en 2018 sur les réseaux sociaux : on y voit un enfant isolé traversant le désert se faire secourir par un groupe des Nations Unies.

- Ok donc le mec veut plomber l’ambiance… 

- Pas tant que ça, parce que sur cette deuxième photo : si on zoome dans l’image, on retrouve ce même petit garçon, qu’on reconnaît clairement à ses habits. La première photo montre UN point de vue, notamment l’immense désert derrière l’enfant, en mettant de côté toute la foule de migrants qui l’accompagne, et ça donne le sentiment d'un enfant abandonné marchant dans le désert.

- Ouais, d’où l’intérêt de lire la légende de cette photo : “Un enfant de 4 ans, Marwan, TEMPORAIREMENT séparé de sa famille, est assisté par une équipe des Nations Unies pour traverser la Jordanie.” Tout de suite ça contextualise l'image.

- Oui, en changeant le cadre ou la légende, on peut parfois changer le sens d'une image. Mais on peut aussi influer sur sa signification d’autres manières. Voici la couverture du "Time". On y voit une petite fille pleurer et Donald Trump la regarder de haut sans sembler vouloir lui venir en aide. Et puis on lit la légende : “Welcome to America”, "Bienvenue aux Etats-Unis", et on se dit que la photo a probablement un lien avec la politique anti-immigration de Donald Trump. 

- En fait Trump et la petite fille ne se sont jamais retrouvés face à face dans la vraie vie. Cette petite fille vient d’une série de photos représentant une enfant et sa mère en train d’être fouillée par un officier de l’immigration. Les journalistes du "Time" décident alors de détourer la photo, en ne gardant que la petite fille terrorisée, de la mettre à côté d’un Trump imposant et impassible, le tout sur fond rouge et avec cette légende évidemment ironique “Bienvenue aux Etats-Unis”. Là on est dans la fabrication d'une image puisqu’à partir de deux photos, on a créé une nouvelle image qui est donc un photomontage. 

- Le but du Time n’était pas de tromper ses lecteurs. Au contraire il a joué sur le fait que la plupart des gens savaient qui était cette petite fille, et ce qu’elle représentait. Ce photomontage donne à cette image un sens plus profond, confrontant Trump à la réalité de sa politique. Ce qu’on retient de cette image, c’est pas l'événement qu’elle montre, et qui n’a littéralement jamais eu lieu, mais bien la force du message qu’elle véhicule et qui est immédiatement compréhensible par tout le monde. 

- Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il n’existe pas de photo ou de film montrant exactement la réalité : c’est toujours une représentation. Pour pas vous faire avoir par certaines images sur le web, prenez le temps de vérifier plusieurs choses : la date à laquelle l'image a été prise, qui en est l'auteur, quelle est la légende? Est-ce qu'elle n'a pas été sortie de son contexte ou recadrée ? Est-ce que ce n'est pas un photomontage?

- Et puis, Il existe également des outils de vérification d'image comme la recherche inversée de Google Images ou TinEye. Si vous voulez avoir la vision la plus globale sur un sujet, essayez de varier les points de vue. Parce que le Taj Mahal, ce n’est pas ça, OU ça, c’est ça ET ça. Et ça. Et ça. Et ça. Et ça...

- Et ça, et ça, et ça, allez, et ça, ambiance, et ça ! C’est… c’est UN aspect de ma personnalité ...

- Mais bien sûr, oui.

En résumé

Une photo ou une vidéo n’est pas la réalité. C’est une représentation. En modifiant certaines caractéristiques de la photo (cadrage, légende, contexte…) on peut en changer son sens. Fais également attention aux photomontages réalisés à l’aide d’outils comme Photoshop. Pour savoir si une photo a été modifiée, on peut utiliser des outils comme la recherche inversée de "Google Images" ou "TinEye" afin de connaître le circuit de cette photo, qui la produite, quand… Prends le temps de vérifier plusieurs choses : la date à laquelle l'image a été prise, qui en est l'auteur, quelle est la légende ? Varie également les points de vues.

Réalisateur : David Tabourier

Producteur : France Télévisions

Auteur : Benjamin Valiere

Production : 2018

Publié le - Mis à jour le 20-11-2018

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac