Un jeune sur quatre au chômage ?

Decod'éco - Saison 1

Chargement de la playlist en cours...

Le taux de chômage des jeunes en France est élevé : 22%, soit 2.5 fois plus que le taux pour l’ensemble de la population (9.5% ). Ce chiffre revient régulièrement dans le débat public : « un jeune sur quatre en France est au chômage » entend-on. La France se situe un peu au-dessus de la moyenne Européenne, où c’est un jeune sur 5 qui est au chômage, avec des écarts importants entre pays (7% en Allemagne, 47% en Grèce) . Cela a conduit l’Union Européenne à investir 8 milliards d’euros en 2013 pour lutter contre le chômage des jeunes. Mais ces chiffres élevés sont-ils vraiment significatifs ?

Une statistique trompeuse

Le taux de chômage se calcule en faisant le rapport entre les chômeurs et les actifs – (qui sont les personnes qui travaillent plus les chômeurs .) Or la majorité des jeunes - âge compris entre 15 et 24 ans – sont au lycée ou font des études.  Et une minorité d’entre eux travaille ou cherche du travail. Cela augmente mécaniquement le taux de chômage. Si sur 100 jeunes il y a 10 chômeurs, 60 personnes qui font des études, et 30 personnes qui travaillent, on trouvera un taux de chômage de 25%. Alors qu’en pratique, seulement 10% de la classe d’âge est au chômage. 

Pour corriger ce problème, on calcule le ratio de chômage des jeunes, sur l’ensemble de la classe d’âge. On constate alors que le taux de chômage des jeunes n’a rien de spécifique, mais qu’il est similaire à celui de la population dans son ensemble . Le ratio est de 9% en France, 8% en Europe.

Vases communicants

Et cela a des conséquences qui peuvent être dommageables. En considérant le chômage des jeunes comme spécifique, on risque de mettre en œuvre des politiques focalisées sur celui-ci au détriment des autres catégories. Les aides spécifiques aux employeurs qui recrutent en dessous de 25 ans posent deux problèmes. Premièrement, il y a dans la catégorie « jeunes » des adolescents entre 15 et 19 ans qui ont peu d’intérêt à être sur le marché du travail : il vaudrait mieux qu’ils étudient, sous peine d’être condamnés à vie à des emplois mal payés faute de qualifications. Deuxièmement, ces embauches risquent de se faire au détriment d’autres catégories : on risque alors de remplacer un problème par un autre, les embauches de jeunes réduisant l’emploi des autres catégories qui ont tout autant besoin de travailler. 

Favoriser la croissance 

En pratique l’emploi des jeunes est comme l’emploi en général : il dépend du fonctionnement du marché du travail, de sa capacité à absorber les nouveaux arrivants, et surtout de la croissance économique qui détermine l’emploi total. Se focaliser sur le chômage des jeunes et son chiffre peu significatif, c’est oublier que le chômage est un problème pour tous.

 

Réalisateur : Maxime Chappet

Producteur : francetv éducation

Auteur : Alexandre Delaigue

Production : 2017

Diffusion : 2017

Publié le - Mis à jour le 23-04-2018

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac