Pourquoi le bio est-il plus cher ?

Decod'éco - Saison 1

Chargement de la playlist en cours...

Manger bio, c’est plus cher. Une récente étude de l’association de consommateurs "Que Choisir" montrait qu’un panier annuel moyen de fruits et légumes pour un ménage coûtait en moyenne 368€ par an en agriculture conventionnelle, 660€ en bio : un écart de 292 €, 79% de surcoût. Comment l’expliquer?

Produire et distribuer en bio, c’est plus cher

Il y a plusieurs facteurs expliquant des coûts plus élevés dans l’agriculture biologique. Parce qu’on y utilise moins d’engrais et de pesticides, et d’antibiotiques dans l’élevage, les rendements sont plus faibles ; en moyenne 75% des rendements dans l’agriculture classique pour la même superficie. 

Souvent, le bio exige moins de mécanisation de la production, donc plus de main d’œuvre ; par ailleurs les engrais utilisés en biologique coûtent plus cher que les engrais chimiques. Les agriculteurs bio doivent être certifiés par les organismes de contrôle, à leurs frais. 

La production en bio se fait dans des exploitations agricoles de plus petite taille, ce qui limite la possibilité de réduire les coûts en produisant à grande échelle. La distribution aussi est plus coûteuse : pour éviter que les produits bio ne soient mélangés avec les autres, il faut un circuit à part.

La demande est forte

Ces coûts supplémentaires expliquent une partie du surcoût du bio : environ la moitié (142€) . Le reste bénéficie aux distributeurs, qui réalisent un taux de marge sur les produits biologiques double  de celui des produits conventionnels. 

Deux facteurs permettent ces marges élevées. Premièrement, les enquêtes de consommation montrent que les acheteurs de produits bio déclarent être prêts à payer plus cher  pour ceux-ci : les distributeurs en profitent pour augmenter les prix de vente. 

Mais cette explication ne suffit pas. Le vrai problème, c’est que la demande de produits bio augmente très rapidement . La conversion vers l’agriculture bio prend du temps et peine à suivre la demande. La tension sur ce marché entretient des prix élevés dont bénéficient les distributeurs.

Augmenter la production ?

La solution aux prix élevés serait donc l’augmentation de la production. Mais cela pose des problèmes. Si un hectare cultivé en bio est moins nocif pour l’environnement qu’un hectare en agriculture conventionnelle, comme les rendements en bio sont plus faibles, produire en bio la même quantité qu’en conventionnel va nécessiter d’exploiter plus de terres, au détriment de l’environnement naturel. Au bout du compte, si le bio cesse d’être une niche à prix élevé, il n’est pas certain que cela soit sans effets négatifs sur l’environnement. 

 

Pour aller plus loin :

Le Business du bio, un nouvel eldorado

 

 

 

 

Réalisateur : Maxime Chappet

Producteur : francetv éducation

Auteur : Alexandre Delaigue

Production : 2017

Diffusion : 2017

Publié le - Mis à jour le 27-07-2018

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac