L'origine de la dette publique moderne

La dette - une spirale infernale ?

Chargement de la playlist en cours...

À la fin des Trente Glorieuses, au début des années 70, grâce à la croissance et l'inflation, la courbe des dettes des pays européens est au plus bas. Mais la machine économique va être perturbée par deux événements majeurs.

Suspension de la convertibilité du dollar en or du dollar

Premier choc, le 15 aout 1971 : Richard Nixon, président des États-Unis, dont les coffres ont été vidés de leur réserve d’or par la guerre du Viêtnam, fait une annonce fracassante qui va bouleverser l’économie mondiale. Pour défendre le dollar contre les spéculateurs, il suspend la convertibilité du dollar en or ou autres actifs de réserve. Mais cette mesure n’est pas temporaire. Le président américain coupe définitivement le lien de parité entre le dollar et l’or. La valeur du dollar devient flottante, toute comme celles des monnaies du monde entier. Toutes les monnaies qui étaient liées soit au dollar américain, soit à la livre britannique, deviennent des devises qui ne sont plus adossées à rien. Elles tiennent grâce à la confiance que les gens peuvent avoir en elles. 

Voie ouverte à la spéculation boursière

Cet abandon de l'étalon-dollar ouvre la voie à une spéculation boursière importante sur les monnaies. La libre circulation des capitaux sur les marchés internationaux s'intensifie. C'est le début d'une période de grande instabilité financière. 

Premier choc pétrolier en 1973

Deux ans plus tard, un autre événement majeur, le 1er choc pétrolier. En un an, le prix du barril explose. Il passe de deux à six dollars. On passe alors d'un monde de certitude économique à un monde d'incertitude. Le prix du pétrole, entre 1945 et 1970, étant, sa prévisibilité est absolue. Mais après le choc pétrolier, les prix du pétrole bougent comme un bruit blanc. Il devient imprévisible, tout comme les taux de change. 

Explosion de l'inflation

La flambée du prix du pétrole va peser lourdement sur l'économie mondiale. Elle met un coup de frein à la croissance. Les coûts de production et les prix augmentent ; l'inflation explose. Cette inflation a un inconvénient majeur : elle appauvrit les épargnants et les investissseurs puisque leur argent se déprécie. Pour les gouvernements, l'inflation devient donc le nouvel ennemi à abattre. 

Raymond Barre, ministre de l'Économie et des finances (1976-1978) : « L'objectif principal de la politique du nouveau gouvernement sera de combattre l'inflation et de maintenir la stabilité de notre monnaie ».  

La hausse des prix en France était alors de l'ordre de 9,5 % par an, beaucoup plus qu'aux États-Unis (6,2 %), qu'au Japon (8,8 %) et qu'en Allemagne (5 %). 

Les marchés financiers favorisés

À partir du moment où on rentre dans un monde où l'inflation est beaucoup plus faible, ça a tendance à défavoriser les investissements et à favoriser les placements financiers. L'économie est comme une grande bagarre entre créditeurs et débiteurs ou financiers et producteurs. C'est ce qu'on peut appeler la dictature des créanciers. Ce n'est plus les débiteurs qui font la loi comme dans les Trente Glorieuses avec les consommateurs et les entrepreneurs. Ce sont les créantiers qui font la loi. L'économie est alors différente car les créanciers ont besoin d'une économie perpétuellement endettée et dont la monnaie est très forte. Ils ne veulent pas de l'inflation car leur capital se dévalorise. Et surtout, ils ont intérêt à ce que la dette continue.

On passe donc d'un monde à dominante industrielle, où les investissements productifs sont privilégiés, à un monde où la finance jour un rôle beaucoup plus central. Du point de vue de la dette publique, l'impact est considérable. Tous les pays qui commencent à être endettés vont avoir plus de difficultés à gérer leur dette. Et c'est parce que les dettes sont devenues trop importantes que, dans les années 70, les banques centrales ont arrêté de prêter aux États. En effet, elles ne pouvaient plus assurer leurs deux missions qui étaient à la fois de prêter aux États et d'assurer en même temps la stabilité de la monnaie. Il a donc été décidé que les banques centrales allaient assurer la stabilité de la monnaie et que le marché allait financer les États.

À partir des années 1980, les pays industrialisés se mettent à emprunter massivement sur le marché international, et leur dette publique ne va cesser d'augmenter. Margaret Thatcher, en Angletterre, et Ronald Reagan, aux États-Unis, arrivent au pouvoir. C'est l'avènement du néolibéralisme, une doctrine économique qui se propage à travers toute l'Europe... 

Réalisateur : Laure Delesalle

Producteur : YUZU Productions / Arte

Auteur : Laure Delesalle

Production : 2015

Publié le - Mis à jour le 07-08-2019

Recommandations