Fonte du permafrost, un danger pour l'humanité ?

Decod'actu - Saison 4

Chargement de la playlist en cours...

Fonte du permafrost, un danger pour l'humanité ?

La fonte des glaces polaires est la première conséquence visible du dérèglement climatique. Mais derrière les blocs de glaces qui tombent dans l'océan, se cache une réalité aux conséquences potentiellement catastrophiques : la fonte du permafrost.
Le permafrost, c'est un sous-sol gelé formé notamment de glace permanente que l'on retrouve en Russie, au Canada ou en Alaska. Il recouvre 25% de l'hémisphère nord. La glace du permafrost s'est formée pendant la dernière période glaciaire, c’est-à-dire dans une période comprise entre -110 000 et -10 000 ans. Elle peut s'enfoncer jusqu'à des profondeurs de plus de 700 mètres dans certaines régions !
Mais avec le dérèglement climatique, le permafrost fond. Et de plus en plus vite. En Sibérie, des gouffres commencent à apparaitre de manière mystérieuse. Certains parlent de chutes de météorites mais la cause la plus probable est l'affaissement du sol due à la fonte du permafrost. 

la fonte du permafrost, une menace écologique

Le problème, c’est que le permafrost contient des gaz pris au piège depuis des milliers d'années. 
Près de 1900 milliards de tonnes de carbone selon une étude de Gustaf Hugelius de l'université de Stockholm. Une véritable bombe ! Car le réchauffement climatique fait fondre le permafrost qui libère le gaz carbonique, qui à son tour accélère le réchauffement climatique, faisant à nouveau fondre le permafrost, etc. Un véritable cercle vicieux.
Mais ce n'est pas tout : si le permafrost a pris des gaz dans ses glaces, il contient aussi un stock de mercure impressionnant :

1656 millions de kilogrammes. Le mercure est particulièrement toxique pour l’Homme. Si la fonte du permafrost le libère, il peut intégrer notre chaîne alimentaire et devenir très dangereux.

...mais aussi un réel enjeu de santé publique 

Et ce n’est toujours pas fini. Le permafrost a aussi figé un héritage qu'on aimerait garder enfoui : les bactéries et virus des temps passés. Ainsi en 2016, en Sibérie, un enfant est mort de la maladie du charbon ou anthrax : une maladie pourtant disparue depuis longtemps dans cette région. Mais le dégel du cadavre d’un renne aurait libéré la bactérie bacillus anthracis, réinfectant de nouveaux troupeaux de rennes. 
En 2014, des équipes françaises de l’Institut de microbiologie de la Méditerranée avaient déjà découvert un virus géant, le pithovirus, piégé depuis 30 000 ans dans le permafrost. Et l’année  suivante, ils découvrent encore un autre virus géant, lui aussi vieux de 30 000 ans, le mollivirus sibericum. Leurs pouvoirs infectieux étaient toujours intacts…
La fonte du permafrost n’est donc pas seulement une menace écologique, c’est désormais un réel enjeu de santé publique.

Réalisateur : Maxime Chappet

Producteur : France Télévisions

Auteur : Cécile Bontron

Publié le - Mis à jour le 02-05-2019

Recommandations