Quel est le parc nucléaire mondial ?

Un kilowattheure sur sept provient du nucléaire

440 réacteurs nucléaires répartis dans 30 pays fonctionnent dans le monde. Ils représentent une puissance de 375 gigawatts électriques et fournissent 14% de l’électricité mondiale. Pour quinze pays, dont l’Allemagne, la Belgique, la Suisse qui ont annoncé leur sortie du nucléaire, cette part s’élève à plus du quart de la production d’électricité.

Plusieurs filières le composent

La quasi-totalité des réacteurs sont aujourd’hui à neutrons thermiques (RNT). Ils se répartissent entre plusieurs filières. Elles se définissent par la combinaison d’un combustible (uranium, plutonium), d’un modérateur (eau lourde, graphite) pour ralentir les neutrons et d’un caloporteur (eau, gaz) pour transporter la chaleur produite par le réacteur. La filière des réacteurs à eau – sous pression (REP) et bouillante (REB) – est la plus répandue aujourd’hui (361 réacteurs sur 440).

Trois générations de réacteurs

La première génération, tels les UNGG (uranium naturel-graphite-gaz) français, a été presque partout remplacée par des réacteurs de deuxième génération, tels les REP français actuels. Les réacteurs en cours de construction, comme les EPR (European Pressurized Reactor) de Olkiluto (Finlande) ou de Flamanville (France), sont de troisième génération.

 

Les différentes filières de réacteurs

 

Image Contenu

 

Les réacteurs UNGG et REP : les choix français

Le choix d’une filière résulte de considérations industrielles et d’indépendance énergétique ; les aspects militaires pouvant aussi intervenir. Il peut être remis en cause à un moment donné. Ainsi, le choix initial de la France s’est porté sur la filière UNGG (uranium naturel-graphite-gaz) pour trois raisons. Elle permettait d’utiliser de l’uranium naturel comme un combustible et évitait toute sujétion à l’approvisionnement en uranium enrichi. Elle pouvait également fournir du plutonium pour les futurs réacteurs à neutrons rapides… et pour des armes. A la fin des années 1960, la France abandonna la « filière nationale » UNGG pour la filière américaine PWR (Pressurized Water Reactor, francisée en REP). Les dix-neuf centrales nucléaires françaises sont toutes de ce type.

 

 

Et les réacteurs accidentés ?

Three Mile Island était un réacteur à eau sous pression (REP), Tchernobyl un RBMK (graphite-eau) et ceux de Fukushima des réacteurs à eau bouillante (REB).

 

 

En partenariat avec La Documentation françaisela documentation française

la documentation française est une marque de la direction de l'information légale et administrative (dila). reconnue pour son rôle majeur dans l'édition publique française, elle publie près de 400 ouvrages et périodiques pour ses partenaires (plus de 150 administrations et organismes) ou pour son propre compte (une vingtaine de publications). Par une offre éditoriale de vulgarisation de qualité, elle favorise l'accès des citoyens à la vie publique et au débat public, par tout moyen d'édition et de diffusion de ses publications, sur papier ou sous forme numérique (www.vie-publique.fr ; et les collections phares telles que Questions internationales, Cahier Français, Problèmes économiques, la Documentation photographique, Doc en Poche, Réflexe Europe...).

Publié le - Mis à jour le 21-04-2016

Recommandations