Alma, le plus grand radiotélescope du monde

Le radiotélescope Alma est situé en Amérique du Sud, dans le désert d’Atacama, à 5 500 mètres d’altitude. Inauguré le 13 mars 2013, cet instrument d’observation du ciel est si puissant qu’il pourrait discerner une balle de golf à 15 km de distance !
 

Image Contenu


Les antennes de 7 à 12 mètres de diamètre d’Alma sont tellement lourdes qu’il a fallu construire un camion de 28 roues, et une route spéciale, pour les transporter. Ce supertélescope a été conçu pour recevoir les ondes radioélectriques (c’est-à-dire la lumière) émises par les corps célestes dans l’univers. Ensuite, un ordinateur analyse les données à la vitesse de 16 000 milliards d’opérations par seconde. « Alma va fournir des réponses à nos questions en un mois au lieu des quatre ou cinq ans d’aujourd’hui », calcule Françoise Combes, astronome à l’Observatoire de Paris.

À quoi sert Alma ?

« Ce radiotélescope nous permet d’observer le milieu interstellaire, c’est-à-dire le gaz entre les étoiles. C’est là que se forment les nouvelles étoiles. Notre idée est de comprendre comment se sont formées les premières galaxies. Car au commencement, il y avait seulement du gaz. Les chercheurs du monde entier en ont besoin. Aussi, nous ne disposons chacun que de quelques heures d’utilisation par an. C’est très peu, mais ce sera toujours plus rapide qu’avec les radiotélescopes actuels », se réjouit Françoise Combes.

Pourquoi au Chili ?

Les données enregistrées par Alma doivent être extrêmement précises. Or, la vapeur d’eau (humidité de l’air, nuages…) brouille les signaux. Il fallait donc installer le radiotélescope dans un endroit très sec comme un désert. Mais même au Sahara, il reste un peu de vapeur dans l’atmosphère. L’idéal était donc de prendre de l’altitude. Par ailleurs, le plateau de Chajnantor est assez grand et plat pour accueillir les 66 antennes de l’engin d’observation. Elles sont éloignées pour certaines de 14 km. Car plus les antennes sont à une grande distance, plus les images obtenues sont détaillées.

Elise Bernind

Publié le - Mis à jour le 18-04-2019