Une grande figure de l'Islam - AL -JAHIZ

AL -JAHIZ
Le Seigneur des Belles Lettres, 767 (ou 776 ?) - 869

 

Abù Uthmàn Amr Ibn Bahr al Kinàni al Fuqaymi est connu par son surnom : al-Jàhiz : « à la cornée saillante » ; en effet une malformation des yeux l’affligeait d’ un aspect laid et repoussant. D’origine plébéienne, al-Jàhiz a la chance de naître à Basra en Irak, à l’apogée de son histoire : c’est alors le centre culturel foisonnant de l’empire abbasside. Doué d’une curiosité intellectuelle étonnante, il suit les enseignements des grands savants de son temps : linguistes, philosophes, poètes, maîtres du kalam (la science de la religion). Il acquiert ainsi une maîtrise parfaite de la prose arabe, en même temps qu’une très vaste culture encyclopédique originale. 

Tout ceci fait de lui, encore aujourd’hui, le représentant éminent de « l’Adab » : l’ensemble des qualités de l’honnête homme, fin connaisseur des Belles Lettres, « poli » de culture. Il donne à la prose littéraire sa forme la plus parfaite. Très vite il s’engage dans le mouvement intellectuel dominant à Basra et à Bagdad : le mu’tazilisme, idéologie fécondée par le rationalisme de la pensée grecque, le réalisme et l’ouverture à toute culture. 

Une des thèses du mu’tazilisme, partagée par al-Jàhiz, est celle qui considère le Coran comme crée. Autour de lui se tiennent des séances littéraires, à Basra, à la cour du Calife à Bagdad ou à Samarra. On y débat de sujets légers ou profonds : l’harmonisation de la raison et de la foi, les revendications des minorités non-arabes, l’influence persistante du zoroastrisme porté par les lettrés persans, mais aussi la parole et le silence, l’envieux et l’envié, l’amour et les femmes… De son œuvre immense ( deux-cents titres) seuls trente nous sont parvenus. Elle aborde tous ces sujets d’une manière plaisante, élégante, pleine de verve, mais aussi féroce, satirique, sceptique. Excellent peintre des caractères de la société, il se permet, à la limite de la bienséance, de critiquer certaines catégories sociales (les maîtres d’écoles, chanteurs, scribes etc.). Sa démarche constante est de poser question sur des réponses communément admises : recourir à la rationalité, refuser les idées préconçues, tout ceci dans un style habile et élégant.

Le « Kitàb al-Hayawàn », ou « Livre des animaux » est une véritable somme anthologique fondée sur l’observation scientifique du comportement des animaux, mais qui recense en outre tout ce qui se dit des bêtes : fables, légendes, anecdotes profanes, ou religieuses issues du Coran. L’œuvre est un témoignage inestimable de l’érudition et de l’humour de cet archétype de l’ intellectuel du IXème siècle musulman.

A côté des réflexions sur les insectes, bêtes à cornes, lions et serpents, dragons et rapaces, on y trouve l’étude de la psychologie des animaux, l’influence des climats sur leur comportement, et une ébauche théorique de l’évolution des espèces ! Sans parler de toutes sortes de digressions élaborées sur la poésie, la littérature, les couleurs, la lumière, les coutumes de ses concitoyens, le zoroastrisme des persans, la sexualités des femmes et des hommes, la position des noyés dans l’eau… Textes et épîtres de ce type fleurissent sous la plume d’ al-Jahiz : Ainsi le « Kitàb al-bukhala », ou « Livre des avares », qui traite de la générosité des Arabes (par opposition aux non-arabes). Ou bien « La supériorité des Noirs sur les Blancs », ou l’épître, d’une grande finesse, sur les esclaves-chanteuses.

A cette riche période culturelle, sous le mécénat du calife al-Mamun, il sera mis fin par le calife al-Mutawakkil en 851. Al-Jahiz ne manquera pas alors de dénoncer le recul intellectuel qu’entraînera l’abandon du mu’tazilisme. Combien de temps il vécut, nous ne le savons pas, car il subsiste un doute sur l’année de sa naissance. Sur la fin de sa vie, il fut affligé d’une hémiplégie et rentra à Basra. Lui qui aimait tant les anecdotes et les bons mots épicés de culture apprécierait certainement celle - non vérifiée - qui concerne sa mort : il aurait été étouffé par la chute des innombrables livres de sa bibliothèque !

 

 

 

en partenariat avec institut du monde arabe (ima)Image Contenu

l'ima , fruit d'un partenariat entre la France et vingt-deux pays arabes, développe, en France, la connaissance et la compréhension du monde arabe, de sa langue, de sa civilisation.

Il propose un grand nombre d'activités, dont des actions éducatives, et propose un espace dédié à la présentation de l'ensemble du monde arabe.

Publié le - Mis à jour le 05-01-2017

Recommandations