Représentation du prince dans l'art islamique

Une Histoire universelle illustrée

Image Contenu

« Rostam, aidé de son cheval Rakhsh,
tue un dragon », Page du Shâh nâmah dit Houghton

Iran, Tabriz, années 1520
Encre, or et gouache sur papier
© Nour Foundation.
Avec l'aimable autorisation de Khalili Family Trust
cliquer pour agrandir l'image

Les troupes de Gengis Khan sont à l’origine des conquêtes mongoles qui vont asservir un vaste territoire, de la Chine à la Syrie. Celles-ci provoquent la chute du califat avec la prise de Bagdad en 1258 et instaurent une fédération d’États. Les Il-khanides (1256-1353) gouvernent la Perse et se convertissent à l’islam. Tabriz, leur capitale, devient un grand centre de culture. C’est là que Rashîd al-Dîn, un puissant et riche vizir, entretient un atelier où sont copiés et illustrés les textes qu’il rédige en persan. Il se passionne pour la médecine, l’agriculture mais aussi la théologie (de confession juive, il a ensuite embrassé l’islam). À la demande des trois souverains au service desquels il est attaché, il écrit une histoire des peuples que les Mongols ont affrontés : les Arabes, les Juifs, les Francs et les Chinois, récit complété par une histoire universelle depuis Adam jusqu’à Muhammad et une encyclopédie du savoir géographique de l’époque.

De ce monumental ouvrage daté 1315, il ne subsiste aujourd’hui que deux cahiers (à Édimbourg et dans la collection Khalili), soit quelque 200 pages pour la plupart rehaussées de miniatures. Ces dernières sont très caractéristiques par leur style où se mêlent des influences chinoise et byzantine : un dessin à la plume colorié avec des lavis (couleurs diluées à l’eau) et des personnages à la silhouette étirée avec des gestes très expressifs. Tombé en disgrâce, Rashîd al-Dîn est exécuté en 1318.
 

Le Shâh nameh de Shâh Tahmasp

Le Shâh nameh, ou Livre des rois, fut rédigé autour de l’an mil par le poète persan Firdawsi. Ce récit épique composé de près de 60.000 vers raconte l’histoire de l’Iran, mêlant mythes et réalité historique. Sur un fond de rivalités entre deux camps, les Iraniens et les Touraniens (nomades d’Asie centrale), des histoires d’amour romanesques se tissent. Elles nourriront tout l’imaginaire du peuple iranien. L’une des copies les plus abouties de ce chef-d’œuvre de la littérature persane a été commanditée par Shâh Tahmasp, souverain safavide de l’Iran (r. 1524-1576). Entre 1524 et 1540, les meilleurs artisans de l’époque (calligraphes, enlumineurs, miniaturistes…) s’attèlent à la réalisation de ce livre : 759 folios et 258 illustrations le composent. Les compositions originales, l’harmonie des couleurs et le rendu des scènes mêlant paysages et personnes témoignent de la qualité des ateliers de la capitale safavide, Tabriz.

© francetv éducation / Institut du monde Arabe – Crédits

En partenariat avec Institut du Monde Arabe (IMA)institut du monde arabe (ima)

l'ima , fruit d'un partenariat entre la France et vingt-deux pays arabes, développe, en France, la connaissance et la compréhension du monde arabe, de sa langue, de sa civilisation.

Il propose un grand nombre d'activités, dont des actions éducatives, et propose un espace dédié à la présentation de l'ensemble du monde arabe.

Publié le - Mis à jour le 05-01-2017

Recommandations