Le mythe d’Orphée, clé de compréhension de Cocteau

La vision tragique de l’homme, selon Cocteau

Jean Cocteau est attiré par la mythologie. Il s’empare en particulier du mythe Orphée, qui va devenir un fil rouge tout au long de ses œuvres : dessins, pièces de théâtres, films … jusque sur le pommeau de son épée d’académicien.

«Je vous livre le secret des secrets. Les miroirs sont les portes par lesquelles la Mort va et vient. Ne le dites à personne ». Cocteau, Orphée, 1925

Cependant, ce n’est pas l’intensité de l’amour d’Orphée pour Eurydice qui le captive mais davantage le voyage parmi les morts, la descente aux enfers, qui symbolise la tragédie des destinées. 

Cocteau ne cherche d’ailleurs pas à présenter le mythe en tant que tel mais le transpose dans son époque ce qui lui permet d’exposer sa vison de la vie et d’évoquer ses souffrances. 

Image Contenu

Orphée ou la machine infernale, 1934, par Jean Cocteau. Jean Cocteau © Adagp, Paris 2013 «avec l'aimable autorisation de M. Pierre Bergé, président du comité Jean Cocteau » . cliquer pour agrandir l'image.

Orphée, la pièce de théâtre

En 1925, Cocteau écrit une pièce explicitement intitulée Orphée, une version modernisée de la légende qui déjà reflète sa mythologie personnelle. Orphée puissant, régnant sur tous les arts, n’échoue que face à la mort. Envoyé de l’au-delà, l’ange Heurtebise, figurant Radiguet, à qui Cocteau a déjà consacré le plus beau poème du recueil Opéra, fait son apparition, ainsi que le pouvoir des gants et les miroirs comme portes de la mort.

La pièce est jouée pour la première fois au Théâtre des Arts à Paris du 17 au 30 juin 1926. Cocteau en fait une « tragédie en un acte et un intervalle ». Sa mise en scène est agrémentée de nombreux effets (traversée d’un miroir, tête coupée d’Orphée qui parle… ). L’inventivité scénique se mêle à un humour grinçant.

Orphée, les films

En 1950, Cocteau reprend le mythe et le personnage d’Orphée dans le film éponyme, avec Jean Marais (Orphée), Dermit (Cegeste) et Maria Casarès, la Princesse symbolisant la mort d’Orphée. L’identification avec le poète est plus tangible : Cocteau a 60 ans et Orphée un  poète relégué par la jeunesse.

« Regardez-vous toute votre vie dans un miroir, et vous verrez la mort travailler, comme des abeilles dans une ruche de verre. »Orphée, le film.

L’identification est encore plus évidente dans Le Testament d’Orphée(1959), où Cocteau lui-même tient le rôle d’Orphée. Il est sur certains plans entouré par ses amis Jean Marais, Picasso, Dermit, Francine Weisweiler, François Périer… C’est son propre testament, en images.

Cocteau décide de livrer une dernière fois un regard sur ce qu'est la vie. Il se demande si la mort n'est pas une farce et si nous ne sommes pas, nous humains, condamnés à vivre éternellement.

 

Publié le - Mis à jour le 26-04-2019

Recommandations