Dalí et son temps : frise chronologique

La vie de Salvador Dalí face aux grands événements politiques et culturels

1870 Naissance de Picabia.

1881 Naissance de Picasso.

1891 Naissance de Max Ernst.

1894 Naissance en Russie d'Elena Ivanovna Diakonova dite Gala.

1898 Guerre hispano-américaine, l'Espagne perd Cuba, Porto Rico et les Philippines.
Naissances de Federico García Lorca et de Magritte.

1904 Matisse peint Luxe, Calme et Volupté.
Salvador Dalí naît le 11 mai 1904 à Figueres, ville de Catalogne en Espagne, dans une région marquée par sa proximité avec la mer Méditerranée et les Pyrénées. Ses parents, Salvador Dalí et Felipa Domènech Ferrés, restent très marqués par la perte d’un premier enfant prénommé lui aussi Salvador (1901-1903). Cette disparition hantera la vie et l’œuvre de son frère cadet.

Très tôt, Salvador Dalí présente des dispositions pour la peinture, dans un environnement familial favorable, avec la fréquentation d’un ami de ses parents, le peintre Ramon Pitchot.

1914 Début de la Première Guerre mondiale, l’Espagne restera neutre dans le conflit.

1917 Mariage de Gala et Paul Eluard.

1918 Armistice, fin de la Première Guerre mondiale.
Pandémie de la grippe, dite « grippe espagnole ».

1919 Fondation de la IIIe Internationale (Komintern) sur l’initiative de Lénine.
Parution du premier numéro de Littérature, revue fondée par André Breton, Philippe Soupault et Louis Aragon. À l’âge de 14 ans, plusieurs tableaux de Dalí sont exposés au théâtre de Figueres.

1920 André Breton et Philippe Soupault publient Les Champs Magnétiques.

1921  Dalí entre à l’école des Beaux Arts de Madrid où il se lie avec García Lorca et Buñuel. Il peint de nombreux tableaux ; sa jeune sœur Anna Maria lui sert de modèle, posant souvent de dos.

1922 Début de l’ascension du fascisme en Italie.
Liaison de Gala avec Max Ernst, jusqu’en 1924.

1923 Coup d’état militaire en Espagne du général Primo de Rivera.
Mort de Pierre Loti et de Maurice Barrès.

1924 Mort de Lénine, Staline évince Trotski du gouvernement.
Premier Manifeste du surréalisme par André Breton, Philippe Soupault, Louis Aragon et Paul Eluard.

En 1925, sa mère meurt. Frasques, arrestation pour anarchisme et provocations aboutissent à son exclusion des Beaux Arts en 1926. Dalí effectue alors son premier voyage à Paris et rencontre Picasso qu’il admire intensément.

1927 Louis Aragon, André Breton, Paul Eluard, René Crevel adhèrent au Parti Communiste Français.

1928 André Breton publie Nadja.

1929 Krach boursier à New York, la crise économique s’étend à l’Europe.

Il réalise avec Buñuel les films Un chien andalou et L’Âge d’or. Toujours à Paris, il se lie avec les surréalistes — André Breton, Paul Éluard, Louis Aragon, Tristan Tzara... L’année 1929 est aussi celle du coup de foudre avec la femme de Paul Eluard, Gala. Dalí et Gala ne se quitteront plus ; elle sera sa muse et l’intendante de ses affaires. En rupture avec sa famille, Dalí achète avec Gala une maison de pêcheurs à Portlligat, au nord de la Catalogne ; ils y résident en alternance avec Paris où ils fréquentent les surréalistes et le Tout Paris.

1931 René Crevel publie Dalí ou l’Anti-Obscurantisme.

Grande exposition coloniale à Paris conspuée par le mouvement surréaliste.

Dalí réalise sa première exposition individuelle à la Galerie Pierre Colle de Paris ; La Persistance de la mémoire, son tableau représentant des montres molles coulant sur un décor figurant la baie de Cadaqués, restera une de ses peintures les plus célèbres. Malgré quelques ventes de tableaux, l’équilibre financier du couple est précaire.

1933 Prise de pouvoir de Hitler en Allemagne.
Roosevelt assure la présidence des Etats-Unis, jusqu’en 1945.

1934 Picasso finance leur voyage à New York. De retour à Paris, le Taxi pluvieux figure à l’Exposition internationale du Surréalisme, organisée par André Breton et Paul Éluard en 1938. Mais il se fait exclure du mouvement surréaliste par André Breton, Max Ernst et Victor Braüner. Par l’intermédiaire de Stefan Zweig, Dalí rencontre Freud dont le travail est depuis longtemps source d’inspiration.

1936 Début de la guerre civile espagnole.
En France, victoire du Front populaire.

1937 Picasso peint Guernica.
Breton publie L’Amour fou.

1939 Début de la Seconde Guerre mondiale.

En Espagne, le Général Franco réunit tous les pouvoirs et établit la neutralité de l’Espagne.

Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, il part aux États-Unis avec son épouse Gala dont les origines sont juives. Très en vogue comme portraitiste mondain, Dalí se diversifie : théâtre (décors), cinéma (projets avec les Marx Brothers, Walt Disney, Alfred Hitchcock), mode, bijoux, publicité (avec Andy Warhol…) S’il faut attendre 1971 pour que soit publié en français un recueil de ses textes sur sa conception de l’art et la peinture, c’est aux Etats-Unis, en 1942, qu’est publiée son autobiographie La Vie Secrète de Salvador Dalí, éclairante sur son enfance, ses rapports avec son père et sa conviction d’être un génie.

1945 Capitulation de l’Allemagne et du Japon, fin de la Seconde Guerre mondiale.
L’URSS est sous la coupe du régime stalinien, jusqu’à la mort de Staline en 1953.
Premiers drippings de Jackson Pollock.

1946 Mark Rothko expose la série des Multiformes aux Etats-Unis.

1948 Dalí revient à Portlligat, son lieu de résidence principal, tout en se rendant fréquemment à Rome, Paris, New York où il s'emploie à retenir l’attention des médias. Il amasse une importante fortune

1950 Isolement politique de l’Espagne sous le régime autoritaire de Franco.

En 1964, alors que l’Espagne est gouvernée par Franco, il est décoré de la plus haute distinction espagnole, La Grande Croix d’Isabelle la Catholique.

En 1969, pour Gala, Dalí achète, fait restaurer et décore de fresques le château médiéval de Púbol, près de Figueres (qui porte aujourd’hui le nom de Maison-musée Château Gala Dalí).

1973 Mort de Picasso.

1975 Mort du Général Franco. Instauration de la monarchie constitutionnelle avec le roi Juan Carlos.

1978 Dalí présente sa première peinture « hyper-stéréoscopique », Dalí soulevant la peau de la mer Méditerranée pour montrer à Gala la naissance de Vénus.

À la mort de Gala en 1982, il s’installe au château de Púbol et peint son dernier tableau, La Queue d’Aronde, avant d’y être grièvement blessé en 1984 lors d’un incendie.

1989 Chute du mur de Berlin.

Il meurt à l’hôpital de Figueres, en 1989, laissant la plus grande partie de sa fortune au gouvernement espagnol.

Crédits du bandeau

La Persistance de la mémoire (Montres molles), peinture (huile sur toile) de Salvador Dali (détail), 1931, Museum of Modern Art (MOMA) - New York ©Luisa Ricciarini/Leemage © Salvador Dalí, Fundació Gala-Salvador Dali / ADAGP, Paris 2012

 

Publié le - Mis à jour le 01-06-2018

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac