Paul Gauguin : de Pont-Aven aux Îles Marquises

France 2 - Journal de 20H

Chargement de la playlist en cours...

Paul Gauguin est devenu peintre sur le tard. Il a 34 ans lorsqu'il abandonne son métier d'agent de change à Paris, pour se consacrer entièrement à son art. Cela ne l'a pas empêché de révolutionner la peinture. De la Bretagne aux iles Marquises, Gauguin expérimente sans relâche de nouvelles techniques. Dans son art comme dans sa vie, il explore des territoires inconnus : la preuve en trois tableaux.

Premier tableau, "La Ronde des petites Bretonnes" : en 1886, Gauguin fuit l’agitation de la capitale en pleine révolution industrielle, et s'installe à Pont-Aven dans le Finistère, son premier bout du monde. Il s'éloigne de la peinture descriptive, simple photocopie de la réalité pour développer une vision plus personnelle. Il compose son tableau comme un musicien sa partition. Les trois jeunes filles sont habillées exactement de la même façon, il s’agit presque du même modèle qui est décliné trois fois, comme un rythme musical donné à la toile. Il disait même qu’il crée son propre libretto, comme un livret d’opéra. C’est une des premières toiles dans laquelle on voit cet intérêt pour la musique.

Deuxième œuvre charnière en 1890, un autoportrait, en réalité un triple portrait, qui explique les trois facettes de son caractère. Au centre l’artiste se représente dans des tons froids. A l’arrière-plan à gauche, il reproduit l’un de ses tableaux de Pont-Aven, Le Christ jaune,  auquel il donne ses propres traits. A droite une céramique aux formes grotesques, qu’il appelait La tête de Gauguin le sauvage.

En 1895, Gauguin part s'installer définitivement en en Polynésie, à la recherche d’une société non corrompu par l’Occident. A Tahiti, puis aux iles Marquises, les vahinés lui inspirent ses plus beaux tableaux. Vairumati vient d’être restauré. Peint sur une toile de jute, il représente une jeune beauté. Son fauteuil forme comme une sculpture au centre du tableau. A gauche un oiseau tue un lézard, la mort rôde.

A la fin de sa vie, Gauguin intègre dans ses toiles des statues et des objets traditionnels, les transforment et les sublimes. « J’ai le droit de tout osé » disait-il.

Producteur : France Télévisions

Diffuseur : France 2

Publié le - Mis à jour le 15-05-2018

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac