Léonard de Vinci : l'homme aux mille visages

Decod'art - Peinture

Chargement de la playlist en cours...

Publié le - Mis à jour le 09-01-2018

Vous avez aimé la nouvelle série de France 2, "L'Art du Crime" ? Retrouvez en vidéo la vie de Léonard de Vinci et d'une de ses oeuvres décryptée.

Iconographie :
Portrait de Lisa Gherardini (1479-1528), épouse de Francesco del Giocondo, dite Monna Lisa, la Gioconda ou la Joconde
Léonard de Vinci
Datation : vers 1503 - 1506
Copyright photo: © 2007 Musée du Louvre / Angèle Dequier

Un homme hors du commun a marqué l'histoire de la Renaissance. Son œuvre, sa vie continuent, encore aujourd'hui, de nous fasciner… Léonard de Vinci nait le 15 avril 1452, en Italie, en Toscane, non loin du village de Vinci justement. Il est le fils, illégitime, d'un notable florentin, Piero da Vinci, et d'une jeune paysanne, Caterina.

Enfant, il examine chaque fleur, chaque plante, recueille les oiseaux blessés, déplie leurs ailes, ouvre leur bec, s'émerveille de la délicatesse de leurs pattes. Sa curiosité, légendaire, se manifeste très tôt. Ses dessins subjuguent les adultes. Son père n'a pas de mal à le placer très tôt comme apprenti dans l'atelier prestigieux du peintre Verrochio.

Dès cette époque, Léonard note toutes ses idées et les agrémente de dessins magnifiques et incroyablement détaillés. Léonard est gaucher. Bizarrement, son écriture est inversée. Elle est lisible uniquement dans un miroir. À trente ans, il reçoit sa première commande importante : L'Adoration des mages. Le tableau restera inachevé. Léonard aura toujours du mal à achever ses tableaux. Il lui arrive de les abandonner ou bien il les retravaille sans fin.

Lorsqu'il écrit au duc de Milan, Ludovic Sforza, pour lui proposer ses services, Léonard se présente avant tout comme un ingénieur militaire. Il peut concevoir des chars couverts, des catapultes, des ponts mobiles, des échelles d'escalades... Le duc lui demande d'organiser des fêtes grandioses. Léonard invente alors des automates et des effets spéciaux qui émerveillent ses contemporains.

Il a la cinquantaine active : obsédé par les machines volantes, il se passionne également pour l'hydraulique, invente le scaphandre, cartographie plusieurs villes... et continue de peindre.

Il peint alors Lisa Gherardini, la femme d'un marchand de Florence. Plus connu sous le nom de La Joconde, ce tableau est devenu le portrait le plus célèbre du monde. Sa technique, le "sfumato", une superposition d'innombrables glacis très légers, produit un effet vaporeux qui donne au sujet des contours imprécis.

Personne ne sait vraiment à quoi tient le mystère de ce visage. Curieusement, il est totalement épilé et ne présente ni cils ni sourcils. Les historiens pensent que les cils et les sourcils de Mona Lisa, peints par Léonard, ont été effacés vers le milieu du XVIème siècle, par un inconnu. Certains trouvent à la Joconde un air androgyne. Tous s'interrogent sur son sourire. La Joconde sera le seul tableau dont Léonard de Vinci ne se séparera jamais, et l'un des rares qu'il considérait comme achevé.

Mais en 1513 Léonard n'a plus de mécène. Il est dénoncé au pape pour profanation de cadavres, car il a disséqué plusieurs corps. Il a en effet étudié l'anatomie du corps humain comme jamais personne ne l'avait fait avant lui. Inquiet, en 1516, répondant à l'invitation de François Ier, Léonard quitte l'Italie. Il n'emporte avec lui que trois tableaux : son Saint Jean-Baptiste, La Vierge à l'Enfant avec Sainte Anne, et La Joconde.

Les trois dernières années de sa vie, il les vit en France, au château du Clos Lucé, où il participe à la conception du château de Chambord, et classe toutes ses notes, des centaines de schémas et d'idées légués à la postérité.

Il meurt en France, à l'âge de 67 ans, le 8 mai 1519, laissant derrière lui une œuvre immense, qui, à bien des égards, n’a pas révélé tous ses secrets.

Réalisateur : Valentine Dubois

Producteur : Corner Prod, France Télévisions

Auteur : Mark Molkhou

Production : 2017

en partenariat avec