Une esthétique tourmentée

L'Expressionnisme prend naissance à la fin du XIXe siècle en Europe du Nord et s’affirme au cours du premier quart du XXe siècle, particulièrement en Allemagne. Il concerne davantage une famille diversifiée d’artistes de différents pays qu’un mouvement artistique, qui reflète le malaise et l’angoisse précédant la Première Guerre mondiale puis la révolte.

Les artistes expressionnistes traduisent leurs sentiments profonds et émotions fortes en des œuvres déformant la réalité, souvent des corps humains, pour exprimer la souffrance.

Avec ses formes et couleurs  violentes et tourmentées, l'Expressionnisme marque une rupture avec le réalisme figuratif des Impressionnistes.

Outre la peinture, la littérature (Kafka, Kaiser, Toller et de nombreux poètes), le théâtre (Strindberg, Wedekin, Stramm), le cinéma (Fritz Lang, Murnau), la musique (Berg, Schönberg), la danse (Wigman, Kreutzberg), l'architecture (Mendelsohn)… se sont aussi appropriés l'Expressionnisme.

Dès les années 1880, des peintres tourmentés transposent, dans leurs œuvres, leurs souffrances et leur mal de vivre :

  • en Belgique, James Ensor exprime le ridicule de l'apparence, son obsession de la mort et sa vision pessimiste du monde. Il le fait souvent avec ironie et dérision, comme par exemple au moyen de masques de carnaval et de squelettes habillés en haillons dans L'Entrée du Christ à Bruxelles (1888)
  • en France, Toulouse-Lautrec, infirme et provocateur, accentue voire déforme parfois traits et couleurs, surtout en représentant les femmes dont La Femme tatouée (1894)
  • en Norvège, Edvard Munch, pessimiste, morbide et inquiet, exprime son angoisse face à la vie. Le Cri (1893) fait sa renommée.
Image Contenu

Autoportrait, Vincent Van Gogh, huile sur toile (57,2 x 43,8 cm), 1889. credit : Collection of Mr. and Mrs. John Hay Whitney, National Gallery of Art, Washington D.C. cliquer pour agrandir l'image.

Vincent Van Gogh est considéré comme le principal précurseur de l'Expressionnisme, même s’il meurt avant la période proprement dite et si ses œuvres sont davantage rattachées à l’école impressionniste. Il exprime ses tourments en déformant les lignes et en utilisant des couleurs intenses. Les formes s’entremêlent et se tordent jusqu’à devenir des tourbillons et des spirales. Des peintres expressionnistes, comme Ernst Ludwig Kirchner, Erich Heckel, Oskar Kokoschka, vont s’inspirer de la manière dont Van Gogh peignait pour exposer les turbulences de leur âme.

Publié le - Mis à jour le 01-06-2018

Recommandations