Tout Warhol en une œuvre

 
Image Contenu

Cet article est extrait du n° 204 de la revue DADA.


Neuf Andy Warhol vous observent… Impressionnant, non ? Dans sa vie comme dans son œuvre, il a l’art de se mettre en scène. Un vrai pro pour rendre célèbre tout ce qui l’entoure, y compris lui-même !

Andy, une pop star

Quand il crée cette œuvre en 1966, Andy Warhol est à la fois un artiste reconnu et une véritable star ! Chef de file du pop art américain, un mouvement qui met à l’honneur les produits issus de la société de consommation, il introduit dans ses œuvres aussi bien des images de stars — Marylin Monroe ou Liz Taylor — que des produits de la vie quotidienne — boîtes de soupe ou bouteilles de Coca. Mais Warhol se prend également souvent pour sujet. Et comme il est lui-même une star, pourquoi ne pas se peindre dans le style d’une Marylin ou d’une Liz ? Cet autoportrait de 1966 est une mosaïque de neuf toiles accolées les unes aux autres. L’artiste y est représenté pensif, la tête légèrement tournée vers la gauche, deux doigts sur la bouche. Une partie de son visage disparaît dans l’ombre. Les formes sont simplifiées, l’expression figée et vide de sentiment. Superficiel ? Peut-être, mais cet autoportrait est troublant. Les neuf visages dupliqués, telles des radiographies, happent notre regard : difficile de les oublier !

Image Contenu

Andy Warhol, Autoportrait, 1966. Encre sérigraphique, peinture polymère synthétique sur 9 toiles 57,2 x 57,2 cm (chacune), 171,7 x 171,7 cm (l’ensemble). New York, MoMA. © 2015 Andy Warhol Foundation / ADAGP Paris.

Bon à consommer ?

La technique utilisée est celle de la sérigraphie. Warhol se prend en photo à l’aide d’un déclencheur automatique — un selfie de l’époque ! — , la recadre puis en fait un négatif sur une toile (que l’on appelle « tamis »). Ce tamis sert ensuite de pochoir pour apposer des aplats de couleurs sur la toile. Pour cet autoportrait, il l’utilise neuf fois, avec des variations de couleurs primaires et secondaires, créant de forts contrastes qui frappent l’œil. Grâce à la sérigraphie, Warhol produit à la chaîne, facilement et à l’infini. Et comme il maîtrise à la perfection l’art de la communication et de la provocation, il affirme les peindre comme « une machine » : ses assistants peuvent d’ailleurs très bien le faire à sa place ! La réaction des critiques ne se fait pas attendre : l’artiste est tout autant admiré que controversé.

Derrière le miroir

Si cet autoportrait est fascinant, c’est peut-être parce qu’en se représentant en neuf exemplaires dépouillés, ni tout à fait les mêmes ni tout à fait différents, l’artiste devient une simple image, presque un objet. Comme une boîte de soupe ou une bouteille de Coca. Avec Warhol, les objets de consommation se transforment en œuvres d’art et les œuvres d’art, reproductibles à l’infini… en objets de consommation ! Les « grands magasins deviendront les nouveaux musées et les musées des grands magasins », écrit-il. À cela s’ajoute, et c’est perceptible dans nombre de ses œuvres, une réflexion pleine d’angoisse sur la mort. Il fait le portrait de Marilyn alors que celle-ci vient à peine de mourir et celui de Liz Taylor quand elle est dans le coma. En se peignant encore et encore à la manière d’une icone quasi sacrée, il tente à sa façon de s’inscrire dans une forme d’éternité… Aura-t-il raison ?

Éléonore Nessmann

EN PARTENARIAT AVEC REVUE DADArevue dada

Dada est la première revue pour s'initier à l'art, accessible aux jeunes mais lue aussi par les plus grands.

Prenez l'histoire des arts au sérieux... tout en vous amusant.

Publié le - Mis à jour le 02-05-2018

Recommandations