Le cubisme analytique (1908-1912)

Publié le - Mis à jour le 15-02-2016

La première phase du cubisme est qualifiée d’analytique, par le fait que la forme des objets est analysée par les artistes pour être ensuite retranscrite à l'aide de figures géométriques en général simples, telles que le cube ou le triangle.

Elle est initiée par Picasso (Ma Jolie, Le joueur de guitare) et Braque (Le Portugais, Femme lisant), puis rejointe par Juan Gris (Homme au café, LeLivre). On y retrouve nettement l’influence de Cézanne, notamment dans sa manière d’appréhender la nature et les objets, de fusionner l’espace et le sujet.  

Image Contenu

nature morte, cruche de lait et fruits, paul cézanne, huile sur toile (45,8 x 54,9 cm), vers 1900 photo © don de la w. averell harriman foundation en mémoire de marie n. harriman, national gallery of art, washington d.c. cliquer pour agrandir l'image.

Cherchant à rompre avec l’impressionnisme, Picasso et Braque reproduisent le personnage, paysage, objet sous divers angles dans une même œuvre, sans considérer son unité. Ils  analysent ses différentes facettes qu’ils  représentent sous forme de fragments, chaque facette renvoyant à un point  de vue particulier. La peinture devient de moins en moins l’image du réel mais reflète les analyses d’une réflexion.

En outre, les cubistes se libèrent de la perspective pour donner davantage d’importance aux plans éclatés. Ils optent pour un chromatisme terne (gris, ocre, brun, vert), opposé au fauvisme, mais utilisent la lumière, répartie sur l’ensemble de la toile pour valoriser l’essence de chaque fragment.

Picasso, Braque, et les autres

Lors de cette période du cubisme analytique, les tableaux de Picasso et de Braque présentent de nombreuses similitudes. Les objets analysés possèdent souvent à l’origine des formes géométriques reconnaissables permettant de les repérer dans un univers fragmenté,  comme des instruments de musique.

Le style de Juan Gris, qui adopte le cubisme vers 1911, est plus construit, précis et régulier (Hommage à Picasso).

André Derain, un des fondateurs du fauvisme, s’est aussi converti momentanément au cubisme : paysages de Cassis et Cadaquès, natures mortes.

Louis Marcoussis, ancien caricaturiste a utilisé notamment le cubisme pour présenter les différents aspects d’une même figure (La Belle Martiniquaise, Apollinaire, Portait de M. Grabowky).  Viennent ensuite les cubisteurs se différenciant des cubistes orthodoxes: Gleizes, Metzinger, Delaunay, Léger …

Recommandations